Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de l'exposition collective "UNE ROSE POUR MAMAN"


Vincent Bizien
Fritz Bornstück
Io Burgard
Damien Cadio
Gaston Damag
Damien Deroubaix
Camille Fischer
Claude Lévêque
Monika Michalko
Myriam Mihindou
Hassan Musa
Manuel Ocampo
James Rielly
Christoph Ruckhäberle
Barthélémy Toguo
Françoise Vergier
Jean-Luc Verna
Thomas Zipp

VERNISSAGE SAMEDI 02.02.19 DE 14H à 20H
EXPOSITION DU 02.02.19 AU 30.03.19
Prolongation au 04.04.19

A rose for mum

L'exposition "une rose pour maman" célèbre la naissance d'une petite fille prénommée Lula, d'après l'héroïne sauvage du film "wild at heart" (sailor et Lula dans sa version française ) de David Lynch. L'exposition, dont le titre est tiré d'un classique du tatouage vintage, présente un ensemble de tableaux de fleurs, sujet considéré comme l'un des plus désuets, mais redynamisé par des peintres et autres artistes qui n'ont peur de rien comme Manuel Ocampo, Io Burgard, Damien Cadio, Myriam Mihindou, Hassan Musa, Camille Fischer, Thomas Zipp, Monika Michalko, Christoph Ruckhäberle ou encore Claude Lévêque.

Même pas peur et plutôt très fiers. Même pas peur de nommer l'exposition que vous contemplez en ce moment « Une rose pour maman » ; un titre bien étrange et pourtant existant puisqu'emprunté à un classique du tatouage vintage. Et puis fiers, surtout. Fiers d'avoir créé en novembre 2018 une magnifique petite fille prénommée Lula.
Ils, je veux parler de Maïa Muller et Damien Deroubaix, n'ont peur de rien, vous dis-je.
Non seulement « Une rose pour maman » se compose d'oeuvres qui « n'interrogent pas » les « je ne sais quoi de l'art » ou encore son autoréférentialité. De plus, elle y admet, indifféremment, tous les média : de la sculpture, au dessin en passant, par la peinture. Enfin, elle affirme haut et fort que l'art peut, toujours et encore, être affaire de sensibilité et de liberté en déposant, au cœur de son propos, la rose symbole de l'amour terrestre et des plaisirs sensuels.
C'est ainsi que pour célébrer la naissance de leur enfant, ils ont demandé à leurs amis artistes de choisir ou de réaliser une œuvre qui évoque ou cite le motif floral. Un sujet dont beaucoup aurait voulu se débarrasser pour mettre en avant le cogito et la raison pure issus des Lumières.
Et bien ce sera pour une autre fois ou peut-être ailleurs, car la galerie Maia Muller a toujours souhaité et exposé les bémols et les dièses. Tout ce qui est un ton en dessous ou au dessus de la doxa artistique et qui fait pourtant vibrer nos sens et dissoner nos yeux. De Vincent Bizien à Thomas Zipp, en passant par Claude Lévêque, Monika Michalko et Françoise Vergier pour n'en citer que quelques-uns, tous se penchent sur le berceau de Lula telles les fées contemporaines pour nous enseigner que l'histoire de l'art est avant tout une histoire de ses singularités. A l'exemple de Damien Cadio qui peint un chou pour signifier qu'il est important de dégenrer les enfants, de Myriam Mihindou qui photographie un bouton de rose dans un processus d'ensablement pour en faire une sorte de momie ou encore de Fritz Bornstück qui nous rappelle grâce à son magnifique bouquet peint dans un environnement délabré que la vie reste précaire.
Alain Berland
Location: Galerie Maïa Muller
19, rue Chapon
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)9 83 56 66 60
Mobile : +33 (0)6 68 70 97 19
Mail : contact@galeriemaiamuller.com
Internet Site : www.galeriemaiamuller.com
Date: Saturday, February 2, 2019
Time: 14:00-20:00 CET

id : 101519


Top