Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de l'exposition "Art Métropole"


IFSTTAR, Bâtiment Bienvenüe, 12 Boulevard Copernic, 77420 Champs-sur-Marne, France

Vernissage de l'exposition Art Métropole qui porte un regard artistique sur les métamorphoses urbaines, la métropolisation croissante et les villes de demain.

Avec les artistes Alain Bublex, Jezy Knez, Caroline Anezo, Alexia Antuofermo et Christopher Alexander Kostritsky Gellert, Sarah Bénard et Barthélémy Guyard-Chiappini, Nicolas Depetris, Jeonghyun Lim, Junseok Mo, Aurélie Poinat, Dimitri Robert-Rimsky, Amélie Scotta.

Vernissage de l'exposition "Art Métropole"

L'exposition Art Métropole porte un regard artistique sur les métamorphoses urbaines, la métropolisation croissante et les villes de demain. Inaugurée le 27 novembre à 18H, Art Métropole se tiendra à ESIEE Paris, les 27 et 28 novembre prochains pendant toute la durée des FUTURE Days, événement du Grand Paris sur les villes de demain.

Un second temps d'exposition est également prévu à la Cité Descartes du 02 au 19 décembre 2019 à l'espace Bienvenüe de l'IFSTTAR, avec un vernissage le 2 décembre à 16h.

A l'heure du Grand Paris, la grande métropole mondiale, type New-York, Londres, Pékin, Sidney, est certainement la ville de demain. Paris en est une aussi, proche de nous avec toute sa diversité, du centre historique à la banlieue, aux villes nouvelles. Il y a une dizaine d'années la barre des 50% de la population mondiale vivant dans un milieu urbanisé a été passée, et l'on estime que si la progression continue au même rythme l'on devrait atteindre les 70% en 2050.

Autour des artistes invités Alain Bublex et Jezy Knez, le jury de l'exposition a retenu les travaux d'une sélection de jeunes artistes qui portent chacun un regard singulier, dans une pluralité des médiums et des approches, sur l'urbanisation en expansion de notre société contemporaine.

Alain Bublex donne vie dans ses oeuvres à des projets architecturaux non réalisés tels que le Plan Voisin de Paris imaginé par Le Corbusier, ou les villes nomades du groupe d'architectes d'Archigram. Ainsi des projets utopiques passés et non réalisés sont confrontés à leur projection dans notre réalité. Interrogeant la forme architecturale et ses développements en tant que non figée et non neutre, le duo Jezy Knez élabore des univers minimalisés, véritables spectacles d'affrontements figés de différentes natures et origines supposées, inspirés par des récits de science-fiction et/ou d'anticipation.

Caroline Anezo projette sur papier un archipel fantasmé, envahissante de symboles, le dessin expose l'extension de la métropolisation. Alexia Antuofermo et Christopher Alexander Kostritsky Gellert proposent des villes artefacts qui allient plasticité et poésie, ou l'écriture se fait à la fois à partir et dans la matière. Leurs oeuvres interrogent les mythes et utopies contemporains et les nouveaux rapports entre l'urbanisation et les données virtuelles, les réseaux informatiques, dans des nouveaux espaces ou l'homme est à la fois présent et absent. Les architectes Sarah Bénard et Barthélémy Guyard-Chiappini s'intéressent aux relations entre formes architecturales et sentiments, émotions. Ils livrent des villes sculpturales qui cristallisent admiration, enchantement, désir, oppression. Dans des lumières impressionnistes, Nicolas Depetris représente des paysages faits de sédimentations infra-structurelles ou le territoire naturel s'efface au profit de la construction humaine. Jeonghyun Lim photographie la ville en mutation, le chantier comme élément urbain éphémère et toujours présent, qui cache derrière l'échafaudage le désir à venir et l'héritage du passé. Dessinées dans l'espace au fil de cuivre, les sculptures de Junseok Mo activent une dialectique entre le dehors et le dedans, où l'espace commun peut se découvrir comme cage ou ouverture, et où les limites marquées sont amenées à être dépassées, où le vide crée union et invite à l'harmonie entre les différents espaces intimes. Les oeuvres d'Aurélie Poinat font écho aux cités idéales de la renaissance, elle travaille sur l'imaginaire, les utopies sur lesquelles se bâtit la ville. Ses références aux décors de théâtre questionnent les techniques de représentation de l'architecture. Les vidéos de Dimitri Robert-Rimsky portent un regard sur les villes nouvelles, dans une temporalité arrêtée, qui suggère l'échec des utopies modernistes. Amélie Scotta illustre à travers l'imagerie de bâtiments iconiques les folies des grandeurs architecturales, un univers sur le point de s'écrouler en prise à des crises mondiales récurrentes.

L'exposition propose ainsi une multiplicité de regards plastiques, sensibles, sur ces territoires en évolution que l'on vit au quotidien, que l'on parcourt parfois l'esprit absent, dans lesquels on projette ses pensées, et qui peuvent susciter chez nous crainte ou espoir, rejet ou envie. Ces artistes soulèvent des questions qui sont autant de nouveaux espaces où le spectateur peut engager son imaginaire.

Art Métropole est réalisée avec le soutien d'Université Paris-Est, de l'I-SITE FUTURE et de l'IFSTTAR, sous la direction du commissaire d'exposition Hadrien Frémont.

Site web : http://www.expositionartmetropole.com
Location: Champs-sur-Marne
Champs-sur-Marne
77420 Champs-sur-Marne
M° RER A Noisy-Champs
France
Internet Site : www.ville-champssurmarne.fr
Date: Monday, December 2, 2019
Time: 16:00-20:00 CET

id : 112207


Top