Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de l'exposition "Paysages / Présages (volet 2)"


Exposition du 20 Février au 7 Mars
Ouverture: du mercredi au vendredi 14h-18h, samedi et dimanche 14h-19h

Vernissage le 20 Février à 18h
Finissage le 7 Mars à 18h

Commissariat : Collectif Körper

Avec: Isabel Aguera, Adrien Belgrand, Nicolas Bernière, Romain Bernini, Katia Bourdarel, Klervi Bourseul, Marie-Pierre Brunel, Marcos Carrasquer, Thomas Cartron, Sylvain Ciavaldini, Gaël Davrinche, Danielle Delgrange, Cornelia Eichhorn, Nathalie de la Grandville, Sarah Jérôme, Yann Lacroix, Marc Lathuillière, Cedric Le Corf, Frédéric Malette, Filip Mirazovic, Clément Montolio, Hélène Muheim, Barbara Navi, Maël Nozahic, Simon Pasieka, Julien Pelletier, Johanna Perret, Abel Pradalié, Nazanin Pouyandeh, Guillaume Querré, Arnaud Rochard, Nelly Stetenfeld, Clément Verger, Sylvain Wavrant et Aude Bourgine, Katharina Ziemke


Paysages / Présages

La représentation du paysage, thème majeur de l'histoire de l'Art, évolue à travers les époques à mesure que l'Homme prend conscience du rapport qu'il entretient avec son environnement: alors que dans l'antiquité grecque et romaine il n'était peint que comme "fond" pour mettre en contexte une scène principale, sa présence prend d'avantage d'importance durant le Moyen Age chrétien où il est perçu comme œuvre divine. À la Renaissance, le paysage exprimait les utopies urbaines et politiques: d'abord perçu au travers des fenêtres dans les tableaux représentant des scènes intérieures, le paysage va prendre une place de plus en plus importante jusqu'à occuper toute la surface de la toile.
Bien plus tard, les artistes transcendent le réel à la manière des surréalistes et le paysage imaginaire est revendiqué comme sujet de peinture au même titre que ses représentations naturalistes ou impressionnistes. Le paysage prend sens, il est recueil de mémoire chez Anselm Kieffer, témoin du temps qui passe chez David Hockney.

C'est un catalyseur qui nous révèle à nous-même, on choisit d'y voir la beauté ou la destruction, on peut y lire les cartes divinatoires de notre destin sur cette terre: à l'heure où le dérèglement climatique et les problèmes environnementaux sont au cœur des débats sociologiques, scientifiques et politiques, les artistes choisissent de faire un constat, de mettre en garde, de prédire un monde en perdition, un futur apocalyptique ou au contraire, ils rêvent à de nouvelles utopies, quelque part entre le jardin d'Éden et la cité idéale

"Paysages/Présages" propose au public une lecture en quatre parties du regard des artistes sur la teneur onirique du paysage:

"Rêve d'Éden" nous offre une vision fantasmée du paysage sauvage (Arnaud Rochard, Nicolas Bernière, Romain Bernini), contemplatif (Hélène Muheim, Adrien Belgrand). Il est l'écrin de la nudité des premiers Hommes qui semblent vivre en harmonie avec la nature et les élèments (Abel Pradalié, Maël Nozahic, Nazanin Pouyandeh, Simon Pasieka, Katia Bourdarel). Cette vison extatique semble pourtant fragile, prête à basculer, avons-nous devant les yeux le paradis terrestre ou un écran de fumée?

Nous passons de cet univers idyllique aux palmiers fouettés en pleine face par le dérèglement climatique que représente Katharina Ziemke. Les scénes extérieures créés numériquement par Guillaume Querré nous laisse à penser que la nature ne sera bientôt plus qu'un souvenir (Cornelia Eichhorn, Julien Pelletier) et que son idée même est dépassée par un nouveau rapport de l'humain au non humain (Marc Lathuillière, Clément Verger). "Pressentiments" nous laisse deviner la disparition de notre environnement tel qu'on le connais (Nelly Stetenfeld), nous met face aux dégâts causés par nos industries (Johanna Perret). Ici, l'oiseau de mauvais augure plane déjà.

Les œuvres du chapitre "Tourments", expriment la violence, le chaos, la transformation morbide de notre environnement: les images des forêts en feu (Danielle Delgrange) succèdent aux paysages de carte postale, comme un avant/après. La nature y est agressive ou agressée (Cedric Le Corf, Sylvain Wavrant et Aude Bourgine), théâtre des guerres et de la misère humaine (Marcos Carrasquer, Isabel Aguera, Nathalie de la Grandville), ruines (Sylvain Ciavaldini). La carte de tarot représentant la mort s'est abbatue sur ce monde qui s'autodétruit, faisant tabe rase du passé, du présent, du futur aussi ?

Une région, une situation mal définie, telle est le sens littéraire des "Limbes". Ce dernier chapitre nous laisse entrevoir des paysages mentaux (Sarah Jérôme, Gaël Davrinche, Frédéric Malette, Klervi Bourseul) qui semblent provenir de souvenirs d'un monde révolu (Filip Mirazovic, Yann Lacroix), d'un delirium tremens (Clément Montolio, Marie-Pierre Brunel). Vidé de peur, d'angoisse, plongé dans l'attente d'un réveil (Thomas Cartron), d'un passage, vers une renaissance, un nouveau cycle.

Le collectif Körper, commissaire d'exposition

Vernissage de l'exposition "Paysages / Présages (volet 2)"
Location: Le 6b
6-10, quai de Seine
93200 Saint-Denis
M° RER D Saint-Denis, Basilique de Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)1 42 43 23 34
Mail : contact@le6b.fr
Internet Site : www.le6b.fr
Date: Thursday, February 20, 2020
Time: 18:00-21:00 CET

id : 114945


Top