Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Projection du film "Permanent Green Light"


Projection : "Permanent Green Light", un film réalisé par Dennis Cooper et Zac Farley

A l'occasion de notre exposition des oeuvres de Dennis Cooper et Christoph von Weyhe, nous sommes heureux de vous inviter à une projection du film Permanent Green Light de Dennis Cooper et Zac Farley le vendredi 28 février à 19h à la Galerie Balice Hertling, 239, rue Saint-Martin.

En version française sous-titrée en anglais
Entrées libres
Places limitées

Projection du film "Permanent Green Light"
Poster : Permanent Green Light (2018), 1h 32mins, courtesy of Dennis Cooper and Zac Farley


Dans le cadre de l'exposition de Dennis Cooper & Christoph von Weyhe

Vernissage jeudi 23 janvier de 18 à 21 heures
Exposition jusqu'au 29 février

Parfois les extrêmes s'attirent. Ce qui est trop proche s'annule, ce qui est distant offre contrepoints et incitation à penser. Telle est la cohabitation, dans une exposition, de Dennis Cooper et de Christoph von Weyhe. Dennis vient de Los Angeles et est, d'abord et avant tout, écrivain. Poète, auteur de fiction reconnu pour sa capacité à intégrer l'action la plus extrême dans la forme la plus élaborée, il a beaucoup écrit sur l'art et s'est récemment livré à la pratique de l'art : collaborant avec Gisèle Vienne sur un certain nombre de performances ; avec Zac Farley, ensuite, sur deux films ; enfin, en réalisant des romans à partir de gifs. Cette série commença avec avec Zac's Haunted House (La maison hantée de Zac), et rappelle son cycle George Miles, du nom d'une personne réelle qu'il aima - George Miles -, qui bascula ensuite en archétype d'innocence en danger. Cooper fut un jour qualifié de premier écrivain avec Internet, et ses romans de gifs sont à la fois une nouvelle branche de l'art numérique et une nouvelle manière d'écrire, qui comble le fossé traditionnel entre peinture et littérature. Ici, littéralement, il écrit avec des images ; il insère la technologie dans la littérature et étend le champ de ce qui est considéré possible dans ce médium. Ces œuvres sont des films : les images bougent et tissent leur relation au monde. Elles sont aussi pleines d'humour noir. Elles semblent être des romans, doncfondées sur un récit, et pourtant ce même récit est sans cesse brisé, énigmatique : quand les mots sont assemblés, ils donnent l'impression de fournir un sens plus clair que les images.
Christoph von Weyhe n'utilise pas Internet. Qui sait s'il connaît les gifs ? Mais, depuis soixante années, il poursuit le cours de son travail, étendant les perspectives des manières de peindre, dans le développement de sa propre technique et le réarrangement, pour lui, de ce que pouvait être l'art. Il a grandi, non pas à Pasadena, mais dans la campagne du Nord de l'Allemagne. Hamburg fut la ville qu'il quitta pour devenir peintre, à l'âge de vingt ans à peine. Au début des années 1980, au tournant de la quarantaine, il fut pris d'une telle nostalgie pour le port qu'il quittait sur le chemin de Paris, devenant artiste, qu'il y revînt. Là, sur le sol du port, toujours fasciné par le spectacle des bateaux, des lumières, du travail, il réalisait des gouaches, et revenait à son atelier parisien, pour prendre trois mois, six mois, parfois un an, pour achever ces peintures exquises, où chaque ligne est une couture dans le tissage de la toile. Il le fait encore aujourd'hui. Christoph est un peintre complet, qui se pose des questions de peintre : comment abstraire quelque chose de quelque chose ? Comment traduire l'émotion ? Comment faire de la peinture ce qu'en disait Barthes, l'art de la mémoire, non du souvenir ? Son œuvre donne le sentiment de la mémoire, chaque ligne de ses œuvres est un signal du fonctionnement du cerveau. La persévérance de son travail, en secret, presque en se cachant, avant d'être capable de commencer à le montrer véritablement, il y a quelques années seulement, est admirable.
Une des premières personnes à qui il le montra fut, soit dit en passant, Dennis Cooper, qui, parmi d'autres artistes - des artistes californiens, notamment - conforta Christoph dans la nécessité de montrer ce qu'il faisait. Cette exposition résulte du profond respect entre artistes, est un signe de complicité artistique. Les extrêmes s'attirent. Voyant leur art, regardant leur art, on peut commencer à se dire qu'ils n'occupent pas des positions aussi opposées qu'on aurait pu le penser à première vue : ils creusent des interrogations similaires. La mémoire, la perception, l'amour, la perte, le temps, l'imagination, la suggestion, la sublimation, le travail. Selon Dennis, le point de départ et d'aboutissement de toute grande œuvre d'art est le « charisme ». Peu d'œuvres sont aussi charismatiques que les peintures de Christoph. Que veut dire « charisme » ? Qui sait... Mais quand on le voit, on le sait pour sûr.

Donatien Grau


Dennis Cooper est né en 1953 à Pasadena aux Etats-Unis. Il est l'auteur de dix romans ainsi que de nombreux livres de poésie ou de non-fiction. Ses ouvrages ont été traduits en 18 langues et sont publiés en France aux Editions P.O.L. En 2005, son roman The Sluts a remporté le Prix Sade et le Lambda Literary Award de la meilleure fiction de l'année. Ses romans les plus récents sont The Marbled Swarm (Editions P.O.L, 2016) et I Wished (Editions P.O.L, à paraître). Il a réalisé deux longs métrages en collaboration avec l'artiste cinéaste Zac Farley, Permanent Green Light (2018) et Like Cattle Towards Glow (2015). Dennis Cooper a composé quatre livres de fiction entièrement constitués de gifs animés : deux romans - Zac's Haunted House (2015) et Zac's Freight Elevator (2016) - ainsi que deux recueils de narrations courtes - Zac's Control Panel (2015) et Zac's Coral Reef (2018), tous publiés par Kiddiepunk Press. Depuis 2004, il écrit les textes des spectacles de la metteuse en scène et chorégraphe française Gisèle Vienne. Parmi leurs huit œuvres collaboratives : Jerk (2008), This Is How You Will Disappear (2010), The Ventriloquist Convention (2016) et, plus récemment, Crowd (2018). Dennis Cooper est en aussi un critique d'art et un journaliste largement publié. Il contribue, entre autres, au magazine Artforum International. Il vit entre Paris et Los Angeles.

Christoph von Weyhe est né en 1937 à Halle (Saale) en Allemagne où il passe son enfance. Sa famille s'installe ensuite dans le nord du pays, non loin de Hambourg. En 1958, il s'inscrit à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et obtient son diplôme en 1961. Depuis les années 1960, de nombreux ouvrages et expositions ont été consacrés au travail de Christoph von Weyhe.
Ces cinq dernières années, Christoph von Weyhe a été invité par plusieurs artistes à présenter ses œuvres : par Mike Bouche en 2015, à la galerie Parisa Kind, Francfort, Allemagne ; par Tatiana Trouvé en 2016, à la galerie Johann König, Berlin, Allemagne et par Mara McCarthy en 2019 à The Box, Los Angeles, avec Pierre Guyotat. Récemment, Christoph von Weyhe a collaboré avec l'artiste Paul McCarthy pour quatre créations communes. En 2016, les œuvres de Christoph von Weyhe ont fait l'objet d'une exposition personnelle à la Galerie Azzedine Alaïa, à Paris. Son travail est présent dans de nombreuses collections institutionnelles en Europe et aux États-Unis : celles du Fond National d'Art Contemporain, Paris, France ; du Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, Paris, France ; du Städel Museum, Francfort-sur-le-Main, Allemagne et de la Brant Foundation, Greenwich, CT, USA.
Christoph von Weyhe vit et travaille à Paris.
Location: Galerie Balice Hertling Arts et Métiers
239, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Réaumur - Sébastopol, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 40 33 47 26
Mobile : +33 (0)6 19 60 88 94
Fax : +33 (0)1 40 33 47 36
Mail : gallery@balicehertling.com
Internet Site : www.balicehertling.com
Date: Friday, February 28, 2020
Time: 19:00-21:00 CET

id : 115180


Top