Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de ANTHA aka Elsa Perez "Poupées Gonflables"


ANTHA Elsa Perez présente «POUPÉES GONFLABLES»,
une série de peintures et dessins

Du 30 juin au 10 juillet 2016
Ouverture du lundi au samedi :
14h - 19h et sur rendez-vous

Vernissage en présence de l'artiste le jeudi 30 juin 2016 de 19h à 22h

www.anthaelsaperez.fr

"POUPÉES GONFLABLES" est, dans la lignée du grand culte voué au nu féminin, un pavé dans la mare, une entaille profonde, car ces femmes ont été peintes par une femme : ce qui change tout à l'histoire. Ces femmes-là ne sont pas des muses, même si au premier coup d'oeil elles en prennent l'aspect, que ce soit dans leurs poses, allongées ou assises : immobiles, elles semblent patienter, attendre quelque chose, sur leur sofa rouge ou dans l'herbe verte. D'une seule ouverture, au fond, petite mais précieuse, nous apercevons un ciel, bleu, lointain. Une porte de sortie, trop minuscule. Certaines filles sont debout, plus revendicatives, vêtues telles des strip-teaseuses bon marché, on se croirait presque au quartier rouge d'Amsterdam : ces filles emprisonnées dans leur tableau, comme derrière une vitre, et qui prennent la pose, nous font du charme. Sauf que celles-ci ( MEUFS ), n'ont pas l'air de vouloir se plier au jeu de la séduction, elles nous feraient presque peur si elles n'étaient pas en même temps si comiques. On rigole en les voyant. D'ailleurs, un tableau disposé en face, où est inscrit « LOL » en immense charactères jaune sur fond rouge ( et qui n'est pas sans rappeler les fameuses couleurs de McDonald's ) vient nous signifier très clairement : « Riez, c'est un ordre. » Cynisme.

Quant aux autres, non, on ne rigole pas. Tous ces tableaux, aux imposantes dimensions ( presque deux mètres de haut pour certains ), plus grands que la réalité, nous font l'effet d'entrer dans une vaste maison close. Mais ces femmes, sont-elles vraiment humaines ? Tout cela n'est-il pas imaginaire ?

Le titre de l'exposition nous amène à comprendre que l'objet, ici, n'est rien d'autre que la femme. Parfois sans visage, idéalisée, elle n'est ni vivante ni morte : ce ne sont que de pauvres poupées gonflables - sinon des êtres qui ont depuis longtemps cessé d'être libres. Ces poupées, crées par des hommes et pour les hommes, sont tantôt révoltées elles-même, tantôt complètement passives, ahuries.

Mais n'est-ce pas le résumé exacte, la synthèse parfaite de l'histoire du nu féminin, de ce qu'ont toujours souhaité Paul Gauguin, Manet, ou encore Renoir ? ( et tant d'autres ? ) Cette fille inerte, donc facile à représenter, capturée par l'oeil de toutes ces générations de peintres lubriques, n'est-elle pas le rêve idéal, l'esclave - pardon, la muse - tant recherchée ? Mieux qu'une prostituée qu'il faudrait faire poser durant des heures et qu'il faudrait payer, la poupée gonflable est une conclusion.

Le tableau « Le Bain », et qui évoque « Le Bain Turc » de Ingres, précise le propos : ces femmes, enfermées dans un harem, souffrent et s'ennuient, on voit leurs âmes crier, protester. Ce sera le seul tableau de groupe. Les autres sont seules, qu'attendent-t-elles ? D'ailleurs, attendent-t-elles vraiment ? N'est-ce pas le rôle de La Belle au bois dormant ? Sont-elles si passives que ça ?
« Fille sur canapé sombre » se tient devant nous, assise, sans visage. Mais de toute sa hauteur, et de toute son aura, un message transparaît. Un message de grandeur et de puissance ; elle nous évoque ses statues aux portes d'un temple, ou encore un sphinx qui garde l'entrée d'un lieu.

L'image de la femme, son statut social, sont encore aujourd'hui des sujets d'actualité. Là où les hommes n'ont vus que beauté et lyrisme, muses et poésies, sexe et chair fraîche, l'artiste propose une sorte de relecture, une revanche, un point final, non : un recommencement.


Elsa Perez, dite « ANTHA », est née à Paris. Après cinq années de formation aux Beaux-Arts de Paris dans l'atelier de Jean-Michel Alberola, elle obtient le DNSAP en juin 2014 et décide de poursuivre la pratique de la peinture et du dessin ainsi que son groupe de rap (ORTIES) qu'elle forme avec sa soeur jumelle, Kincy. Un premier album au titre incisif («SEXTAPE») avait d'ailleurs, en 2013, déjà sorti ses griffes, planté ses épines, dans les bacs. Le second album produit par Mirwais, est à prévoir cet automne.
ANTHA ne connaît pas de différence entre la musique et la peinture, entre le texte et l'image ; tout ceci est bien évidemment l'ensemble d'une même idée. Seule la pratique change, le propos, non. Ce sont les fragments d'une même pierre.
Location: Galerie Gare de Marlon
Gare de Marlon Gallery
28, rue du Pont Louis-Philippe
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Mobile : +33 (0)6 63 15 56 97
Mail : pablo@garedemarlon.com
Internet Site : www.garedemarlon.com
Date: Thursday, June 30, 2016
Time: 19:00-22:00 CEST

id : 115581


Top