Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage d'Arnaud Vasseux "Poisson cathédrale"


Exposition du samedi 12 septembre au dimanche 8 novembre 2020
Vernissage : samedi 12 septembre de 15h à 21h


RENDEZ-VOUS dans l'exposition

Dans le cadre de la situation sanitaire liée au COVID 19, le masque est obligatoire
pour les adultes et la jauge limitée pour les visites et les événements de l'exposition.
Masques et gel mis à disposition du public.

> samedi 12 septembre - 15h/19h
vernissage en présence de l'artiste

> dimanche 13 septembre - 17h
concert in situ de Lê Quan Ninh (percussions)
entrée libre dans le cadre de l'exposition

> dimanche 20 septembre - 19h/21h
La teinturière de la lune, séance d'écoute de Jérôme Poret
entrée libre

> samedi 10 et dimanche 11 octobre
Portes ouvertes des ateliers de la ville de Montreuil
entrée libre

> samedi 17 octobre - 17h
dans le cadre de l'exposition
Revox, papier, ciseau de Liz Rácz et Jérôme Noetinger
entrée libre

> dimanche 18 octobre - 17h
projection du film Before we go (2014) en présence de son réalisateur, Jorge Leon
accompagné par Arnaud Vasseux. Attention, jauge très limitée, entrée sur réservation,
contact : guillaume@instantschavires.com

> dimanche 25 octobre - 17h
concert in situ de Timothée Quost (trompette - électroniques)
entrée libre dans le cadre de l'exposition

> dimanche 8 novembre - 16h/20h
finissage de l'exposition
rencontre entre Arnaud Vasseux & Marie Cantos, autrice de textes
& directrice artistique de l'ahah (Paris) à 16h.

Vernissage d'Arnaud Vasseux "POISSON CATHÉDRALE"

Qui sait à qui l'on écrit, pour qui, et, surtout, quand sera lu un texte ?

Pour vous, la visite de l'exposition personnelle d'Arnaud Vasseux débutera peut-être avec ces mots, à l'entrée des Instants Chavirés.

À moins qu'elle ne débute, toujours avec ces mots, avant même que l'artiste ne soit arrivé à Montreuil, qu'il n'ait commencé le « montage » comme l'on dit dans notre jargon professionnel...

En réalité, elle avait peut-être même déjà débuté, il y a quelques semaines déjà, avec un titre attrapé au vol, à la lecture d'une newsletter des Instants Chavirés, d'une invitation électronique.

Oui, c'est peut-être cela, l'entrée dans l'exposition, son titre : Poisson cathédrale. Un drôle de titre, n'est-ce pas ? J'avoue partager cela avec Arnaud, le goût des titres. Ce n'est pas le cas de tou-te-s les artistes et/ou commissaires. Apparemment, il n'y a pas que le goût des titres que nous partageons, lui et moi. Il y a aussi des lectures. Celles de Claude Simon notamment. Ses romans et, en l'occurrence, également le peu d'écrits critiques ou théoriques dont on peut le créditer : des retranscriptions de conférences célèbres qui témoignent de l'humilité de celui qui reçut pourtant le Nobel de Littérature en 1985.

Le « poisson cathédrale » par lequel vous entrerez peut-être dans l'exposition personnelle d'Arnaud Vasseux aux Instants Chavirés, des semaines avant qu'elle n'ait lieu, ou même longtemps après qu'elle a été démontée (car il y a aussi ces visites qui ne se feront qu'à travers quelques vues d'exposition, des années plus tard- qui sait à qui l'on écrit, pour qui, et quand sera lu un texte, écrivais-je plus tôt...), bref, ce « poisson cathédrale », il donne aussi son titre à l'une des célèbres Quatre conférences de Claude Simon, réunies aux Éditions de Minuit1. Quatre conférences où, auscultant l'oeuvre de ses maîtres, l'écrivain rejoue les tours et détours - jusqu'à l'étourdissement - propre à sa prose, les obsessions, les va-et-vient du détail au grand angle et réciproquement, pour revenir à ce même détail, dessus, autour, peut-être pas le même, mais si, à ça près le même, et puis peu importe : le détail, celui qui obsède précisément, celui qu'on ressasse et qu'on réécrit, qu'on diffère et différencie, mais qui, in fine, résiste.

Ce « poisson cathédrale » auquel Claude Simon fait référence, c'est un poisson bouilli sur la table du Grand-Hôtel de la Plage de Balbec où le jeune Proust déjeune avec sa grand-mère dans À l'ombre des jeunes filles en fleurs2, poisson que la frustration et la rêverie mêlées vont rendre vaste, puis monstrueux, et bientôt survivant des temps les plus reculés, tel un fossile, la perfection de son dessin, de son architecture d'arêtes, immémoriale, en faisant une « polychrome cathédrale de la mer ». Et le paysage tout entier, son horizon marin autant que les convives autour - des plus contemporains -, son histoire invisible et sa géologie tangible, tout semble se déployer depuis le plat posé là. Cela, « par le seul pouvoir de la langue », dit Claude Simon3.

Pour l'auteur du Jardin des Plantes et de La Route des Flandres (entre autres merveilles), chez Proust, les noms, au sens de substantif commun et pas seulement d'identités propres, « sont comme les moules des idées »4. À sa suite, Arnaud Vasseux écrivait en prélude à cette exposition, mais j'imagine que cela vaut pour toute sa recherche formelle et intellectuelle, que « certains objets sont comme les moules de nos idées » qu'il faudrait pouvoir ouvrir » pour deviner en creux ce qu'ils contiennent »5.

Je me suis souvent dit des oeuvres d'Arnaud qu'elles travaillaient (j'utilise le terme à dessein) à l'endroit des noms justement. Ceux qu'on peine à trouver, à donner. Qu'elles m'apparaissaient comme les images des rêves, avec une puissance d'évocation telle que je m'en trouvais bouche-bée, que j'en restais longtemps bouche-bée.

Le travail d'analyse (que ce soit celui du-de la critique, ou bien celui qui occupe à se perdre sur un divan ou dans les méandres d'un tapis) : le travail qui consiste à aider à formuler, au creux de la bouche, dans le creux de la bouche, ce qui s'est déjà formé sous nos yeux), le travail d'analyse, donc, consisterait à ouvrir le moule par la dénomination. Mais alors, si les noms eux-mêmes « sont comme les moules des idées », che fare ?

Pour son exposition personnelle aux Instants Chavirés, Arnaud Vasseux entrelace le souvenir de trois chorégraphies « marquantes »6 : Café Müller de Pina Bausch (1978), Projet de la matière d'Odile Duboc (1993) et Aatt enen tionon de Boris Charmatz (1996). Il en transpose dans son langage plastique ce qui en constitue l'os, l'arête ici. Des gestes et/ou des éléments de décor devenus protagonistes de ces pièces historiques au même titre que les danseur-se-s. Les chaises de Pina, la structure scénographique de Charmatz, la douce géométrie des mouvements de Duboc.

« Savais-tu que le terme « cathédrale » venait du latin cathedra, ae, f. signifiant... chaise, mais aussi fondement ? » demandais-je à Arnaud au cours d'une discussion, des mois avant son exposition. Et de le quitter ce jour-là en me disant en mon fort intérieur que, décidément, les oeuvres des artistes sont comme les moules des idées.

Marie Cantos, juin 2020
_______________
1 Simon, Claude, Quatre conférences, textes établis et annotés par Patrick Longuet, Paris, Les Éditions de Minuit, 2012
(« Le Poisson cathédrale » occupant les pages 11 à 38).
2 Proust, Marcel, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, réédition, Paris, Gallimard, coll. »Quarto », 1999, p.550-551.
3 Simon, C., op. cit., p. 13.
4 Simon, C., ibid., p. 21.
5 Vasseux, Arnaud, statement pour le CP de l'exposition Poisson cathédrale, janvier 2020.
6 Id.

Vernissage d'Arnaud Vasseux "POISSON CATHÉDRALE"

Arnaud Vasseux
Né en 1969

Dans sa pratique, il donne une place déterminante à l'approche et à la manipulation des matériaux dans l'élaboration du sens. Attentif aux changements d'états et aux phases de transition, il interroge autant la nature que l'usage de ce qui constitue la sculpture et fait advenir des formes qui combinent fragilité, instabilité et résistance. Son travail met en jeu les notions d'espace, de temporalité distinctes et de lieu par l'exploration des possibilités issues des techniques du moulage et de l'empreinte. Ses sculptures, le plus souvent éphémères et construites à même le lieu naissent d'une confrontation sensible et inquiète de l'espace physique et de son histoire, faisant de l'exposition un moment d'intensification de l'expérience, d'hypothèses et de récits.

Parmi ses expositions récentes, nous signalons les expositions personnelles Du double au singulier au Frac Occitanie Montpellier et au musée Henri Prades - site archéologique Lattara (2017), Mémoires matérielles à la galerie Particulière, à Bruxelles (2016), Physique des surfaces à la galerie White Project à Paris (2015), Continuum, murmure au Domaine de Kerguéhennec (2013). Il a récemment participé aux expositions collectives suivantes : En réserve à la galerie Angle Art Contemporain (2019), Mais il y a ce lieu qui nous maintient à l'espace des Mécènes du sud à Montpellier (2019), Une maison de verre conçue en 2017 par le CIRVA au musée Cantini à Marseille, et à Nuage au musée Réattu en Arles en 2013.

Plus d'infos :
documentsdartistes.org/vasseux

Vernissage d'Arnaud Vasseux "POISSON CATHÉDRALE"

L'association Muzziques / Instants Chavirés bénéficie du soutien de la Ville de Montreuil, du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, du Ministère de la Culture (DRAC Île-de-France), du Conseil Régional d'Île-de-France.

Vernissage d'Arnaud Vasseux "POISSON CATHÉDRALE"
Location: Les Instants Chavirés
ancienne Brasserie Bouchoule
2, rue Emile Zola
7, rue Richard Lenoir
93100 Montreuil
M° Robespierre
France
Phone : +33 (0)1 42 87 25 91
Mail : infos@instantschavires.com
Internet Site : www.instantschavires.com
Date: Saturday, September 12, 2020
Time: 15:00-21:00 CEST

id : 116560


Top