Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de Boutros Al Maari "Peinture et Ecriture"


01 - 29 février 2008
Ouverture du Lundi au Vendredi : 14h - 19h ou sur RdV tel : 0145512607 / 0687802366
Vernissage le Jeudi 7 février à partir de 18:30 en présence de l'artiste

"« Peintures, écritures » est le titre choisi par l'artiste syrien Boutros Al-Maari pour son exposition parisienne qui aura lieu tout au long du mois de février 2008 à la galerie Europia - une des rares galeries à offrir une visibilité importante aux artistes du Moyen-Orient.

Boutros al-Maari vit et travaille à Paris depuis près de dix ans. Après l'obtention d'un diplôme de gravure aux Beaux-Arts de Damas en 1991, il y enseigne quelques années avant de venir s'installer à Paris où il entreprend des études d'anthropologie sociale. En 2007, il obtient son doctorat à l'EHESS sur « La peinture moderne en Syrie ». Il est par ailleurs l'auteur de plusieurs livres de contes illustrés pour la jeunesse.

La peinture de Boutros al-Maari est singulière, car elle est en permanente interaction avec la matière de l'écrit. Elle nous montre comment la littérature peut travailler l'imagination créatrice d'un artiste et l'amener à produire une œuvre visuelle d'une impressionnante richesse et subtilité. Représentations ou plutôt interprétations personnelles de textes littéraires, poétiques, la peinture de Boutros al-Maari interpelle l'imaginaire de ses origines. Nostalgique, elle nous renvoie aux contes populaires de la vieille ville de Damas, puise dans les poèmes de Maghout, les histoires de Zakaria Tamer tout comme elle peut s'inspirer des poèmes de Paul Eluard.

Al-Maari présente à la galerie Europia des peintures suspendues aux cimaises, mais aussi un genre particulier d'œuvres qualifiées de « Carnets d'artiste » dont les exemplaires sont uniques. Ces travaux sont des constructions d'espaces, souvent en noirs et blancs, traversés par d'étranges personnages, par des éléments symboliques et des phrases esquissées en arabe et en français qui définissent leur source d'inspiration.

Entre ironie, absurde et angoisse parisienne, Boutros al-Maari nous donne à voir un monde imaginaire nourris de visions orientales mais aussi de son expérience biculturelle."

Ola Abdallah


"Boutros al-Maari, un orientalisme moderne ?

Le talent de Boutros al-Maari est avant tout plastique : qualités des compositions, aplats de couleurs en demi-teintes, trait vif d'un dessin à la plume ou au crayon qui rehausse la structure chromatique, vigueur architecturale et même métallurgique des personnages.
Qu'il me permette d'évoquer une autre dimension qui traverse son travail, celle d'une tradition sociale damascène et des peintres orientalistes qui ont évoqué l'Orient. Je suis de ceux qui ont eu à connaître de la recherche ardente qu'il a menée à Paris pendant plusieurs années, à partir d'enquêtes conduites en Syrie et dans les capitales d'Europe où a fleuri une peinture syrienne en diaspora[1]. Ce travail puisait à une expérience de peintre professionnel sans doute, mais aussi à la nostalgie des quartiers populaires damascènes, cafés et souks de la vieille ville où régnaient les conteurs, les fabricants d'images plus ou moins pieuses, creusets d'une tradition populaire et savante à la fois. La pertinence et la subtilité de l'hommage qu'il rend à cette tradition dit assez le rapport vital qui le relie à elle.
C'est dans ce théâtre d'ombres bien vivantes que je voudrais trouver la clé des personnages qui peuplent ses tableaux. Ces hommes tronconiques, avec un tarbouche vissé sur le crâne, arborant l'air un peu raide et distancié que doit avoir tout fumeur de narghilé - car la pipe à eau, objet, oriental s'il en est, revient souvent dans sa peinture. Traits ethnographiques aussi de la désinvolture orientale : ils sont mal rasés et leur sourire arbore la plus incroyable procession de chicots que la dentisterie saurait créer. Mais il y a un autre indice de ces temps anciens qui constitue, me semble-t-il comme le puctum[2] de tant d'images : c'est le monocle anachronique qu'arborent régulièrement ces figures. Est-ce l'oeil éveillé de ce monde assoupi dans la fatigue d'une vieille civilisation ? Est-ce l'impact d'une diffusion en auréole qui va se poser sur la tête de ces saints personnages - car il n'oublie pas que la tradition de la figuration chrétienne en Syrie fut longtemps ecclésiale ? Cela évoque assez bien le mélange d'inscription sociale de l'artiste dans son milieu d'origine, et le regard plein d'ironie et d'attendrissement qu'il lui porte."

François Pouillon
Anthropologue
Directeur d'études à l'EHESS, Paris

[1] Tradition populaire et création artistique : l'émergence de la peinture moderne en Syrie, Thèse d'Anthropologie, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 2006, 580 p. en 2 volumes.
[2] Roland Barthes, La Chambre claire, Paris, Seuil, 1980.
Location: Espace Galerie Europia
15, avenue de Ségur
75007 Paris
M° Saint-François-Xavier
France
Phone : +33 (0)1 45 51 26 07
Mobile : +33 (0)6 87 80 23 66
Fax : +33 (0)1 45 51 26 32
Mail : info@europia.org
Internet Site : europia.org/Galerie
Date: Thursday, February 7, 2008
Time: 18:30-21:00 CET

id : 14105


Top