Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage d'Alina Szapocznikow "Œuvres lumineuses"


22.10.2013 - 07.12.2013
Vernissage le SAMEDI 19 octobre, à partir de 18h

ALINA, MONTREZ-NOUS CE SEXE QUE L'ON VOUDRAIT NE PAS VOIR !

Le principe de base, appelons-le de Tartuffe (celui de Molière, mais pas seulement), par-delà les siècles et les cultures (Femen de tous les pays tout reste à faire !) : «Couvrez ce sein que je ne saurais voir.» Le sexe a mauvaise réputation, on le sait, lorsqu'il est explicite : affreux, sale ou méchant ! Laissons-le donc à la pornographie et à ses basses oeuvres ! Plus suggestif, du bout des lèvres, si j'ose dire, il est moins disqualifié par les tenants du bon goût, mais précisément ne mange alors pas de pain. Pourtant, certes, l'art ne s'est pas privé de le représenter, souvent de façon brutale (de Courbet à Nauman, en passant par Picasso, Man Ray, Molinier, Louise Bourgeois ou Lebel), cela avec ou sans «délectation» pour les «regardeurs», pour reprendre les qualificatifs employés par Duchamp. Mais manifestement, à l'instar de la littérature de «second rayon», nous serions, encore, toujours, en présence, même quand il s'agit de formats imposants, de «curiosités», façon d'en faire des oeuvres mineures. L'exposition du centre Georges-Pompidou, imaginée il y a plus d'une quinzaine d'années maintenant par Marie-Laure Bernadac et Bernard Marcadé, «Fémininmasculin», avait démontré que le sexe n'était pas un sujet anecdotique ou scabreux, mais qu'il avait partie liée (oh, pardon !) avec le processus de l'art lui-même. Qu'il en exprimait plus en somme que ce qu'il révélait sous une forme en apparence close dans sa figuration ; qu'il l'éclairait, pourrait-on dire, de l'intérieur. J'avais regretté à l'époque, et surtout m'étais étonné, qu'Alina Szapocznikow ne fût pas présente dans ce qui demeure par ailleurs une date importante dans l'approche (française) du «genre», connaissant en particulier ses sculptures en résine associant sexe masculin en érection, sein et bouche, produisant un sentiment proche de ce qu'il n'y a pas si longtemps Mike Kelley a nommé The Uncanny (à partir de la formule freudienne d' «inquiétante étrangeté»).

Arnaud Labelle-Rojoux

Vernissage d'Alina Szapocznikow "Œuvres lumineuses"
"Iluminowana" [L'illuminée], 1966-1967
Plâtre, resine de polyester, ampoule, fil électrique et métal
155 x 57 x 40 cm
Courtesy The Estate Alina Szapocznikow / Piotr Stanislawski / Galerie Loevenbruck, Paris
© ADAGP, Paris. Photo Fabrice Gousset
Location: Galerie Loevenbruck
6, rue Jacques Callot
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 53 10 85 68
Fax : +33 (0)1 53 10 89 72
Mail : contact@loevenbruck.com
Internet Site : www.loevenbruck.com
Date: Saturday, October 19, 2013
Time: 18:00-21:00 CEST

id : 52044


Top