Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de l'exposition "le Grenier hors les murs"


OEuvres présentées
par le Comité National pour l'Education Artistique
avant son expulsion du Grenier des Grands-Augustins.

7, rue des Grands-Augustins, à Paris VIème, le Grenier des Grands-Augustins constitue un des lieux de mémoire les plus importants de l'histoire de l'art. C'est dans cet endroit mythique que Balzac situe l'action de son Chef-d'œuvre inconnu, que Jean-Louis Barrault a créé sa première compagnie (1934-1936), et que Pablo Picasso installa son dernier atelier parisien, entre 1936 et 1955. Il y peignit notamment Guernica. Après l'expulsion du peintre, ce lieu, laissé en totale déshérence, a été entièrement réhabilité en 2002 par le Comité National pour l'Éducation Artistique, en partenariat avec la Chambre des huissiers de justice de Paris, dans le cadre d'une convention de mise à disposition à titre gracieux. Le CNEA y a organisé depuis plus de 700 manifestations culturelles : expositions, concerts, lectures, mais aussi de très nombreux ateliers pédagogiques à l'intention des élèves des écoles, collèges et lycées. Toutes activités gratuites.

En décembre dernier, suite à une ordonnance de référé engagé par le dernier président de la Chambre des huissiers, et malgré une importante campagne de presse, relayant notamment l'indignation de nombreuses personnalités de tous horizons, le CNEA a été expulsé du Grenier. Alerté le 26 mars 2013 par le président de l'Académie des Beaux-Arts, M. François Hollande lui avait répondu dès le 15 avril en ces termes : "... aussi ai-je demandé à Mme Aurélie Filippetti de se saisir prioritairement de ce dossier." De leur côté, le maire de Paris, le maire du VIème arrondissement et le Conseil de Paris étaient intervenus auprès du gouvernement, en insistant sur "l'importance de maintenir la destination culturelle du Grenier en tant que lieu de création, accessible au public." Malheureusement, la solution la plus logique, le classement en urgence du Grenier comme lieu de mémoire, n'a pas été retenue. Cette procédure avait été initiée à l'époque avec succès par M. Jack Lang pour protéger un célèbre restaurant des Champs-Elysées... Aujourd'hui, le dernier étage de l'immeuble des Grands-Augustins ne bénéficie donc plus d'aucune protection !


Le partenariat avec le Groupe IGS

Depuis plus de vingt ans, le Groupe IGS (Institut de Gestion Sociale) soutient activement l'action du CNEA. Tout naturellement, le Groupe IGS a proposé au CNEA de l'accueillir dans ses locaux en attendant qu'une solution définitive soit trouvée.


Une exposition chargée de sens

Le vernissage de l'exposition le Grenier hors les murs sera inauguré sous le Haut patronage de M. Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique, social et environnemental, et la présidence de M. Lucien Clergue, président de l'Académie des Beaux-Arts. Cette exposition sera constituée d'œuvres présentées précédemment au Grenier et sera ouverte gratuitement au public jusqu'à la fin juin.


Quel avenir pour le Grenier ?

Fondation ou résidence hôtelière de luxe ? Les projets du CNEA

Le 9 avril, les administrateurs du CNEA répondront aux questions que se posent légitimement tous ceux qui sont attachés au patrimoine et à l'éducation artistique. Ils feront le point sur les démarches effectuées auprès des pouvoirs publics ainsi que sur les projets de l'association. D'ores et déjà, le CNEA est en mesure d'annoncer qu'il a interjeté appel de l'ordonnance d'expulsion du 3 juillet 2013. Il rappellera notamment que dans l'ordonnance précitée, le président du tribunal considère que : « ... la contestation émise par le CNEA est sérieuse et excède le pouvoir du juge des référés. » L'audience a été fixée au 10 septembre 2014. D'autres actions sont prévues.

Parmi les milliers de témoignages, d'articles et d'émissions réalisés sur l'activité du CNEA lors de son séjour au Grenier, l'association a sélectionné un court-métrage réalisé en 2004 à l'occasion de l'exposition Guernica, la tapisserie, présentant notamment les contributions d'artistes, de personnalités politiques, d'enfants, d'enseignants ayant participé à la réalisation de ce projet et, bien sûr, du public.

Le témoignage de M. Francisco Javier Elorza, à l'époque ambassadeur d'Espagne en France, prend un relief tout particulier dans le contexte actuel: « [...] Je trouve merveilleux que les huissiers prêtent leur bâtiment pour une activité artistique comme celle-ci, qui dépasse la notion de musée. Cela va beaucoup plus loin : l'âme de Picasso est dans ces murs. »
Location: Groupe IGS
1, rue Jacques Bingen
75017 Paris
M° Malesherbes, Villiers
France
Internet Site : www.groupe-igs.fr
Date: Wednesday, April 9, 2014
Time: 18:00-19:30 CEST

id : 56107


Top