Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de l'exposition "Chen Zhen - Fragments d'éternité"


Vernissage samedi 26 avril de 16h à 21h
Exposition du 26 avril au 7 juin 2014

LA GALERIE PERROTIN INVITE LA GALLERIA CONTINUA A ORGANISER ENSEMBLE UNE EXPOSITION RETROSPECTIVE DE CHEN ZHEN DANS SES TROIS ESPACES A PARIS.

A l'occasion du vernissage, une rencontre autour de l'oeuvre de Chen Zhen aura lieu à la Salle de Bal, le nouvel espace de la Galerie Perrotin, au 60 rue de Turenne (75003), avec la participation de Chen Bo, Daniel Buren, Lorenzo Fiaschi, Adelina von Fürstenberg, Hou Hanru, Hans Ulrich Obrist et Jérôme Sans :

samedi 26 avril à 18h

Merci de confirmer votre présence à rsvp.paris@perrotin.com

Chen Zhen (1955, Shanghai - 2000, Paris) est considéré comme l'un des principaux représentants de l'avant-garde chinoise et une figure emblématique internationale de l'art contemporain. L'exposition, qui occupera l'intégralité des espaces de la Galerie Perrotin, Paris, propose une relecture de l'oeuvre de Chen Zhen, rassemblant une trentaine de pièces iconiques réalisées à partir de 1980, dont plusieurs installations majeures parmi lesquelles «Le Bureau de change» (1996-2004) imaginé par Chen Zhen en 1996 et réalisé après sa disparition. L'univers immensément complexe de l'artiste est nourri de 30 ans d'expériences personnelles et d'environnements radicalement différents après avoir traversé la Révolution culturelle, la Réforme économique chinoise et vécu 15 ans en Occident.

Le travail de Chen Zhen offre de multiples interprétations, présentant une vision onirique et parfois troublante du monde, tournée vers un enrichissement de la vie intérieure. C'est en effet sa propre vie spirituelle, que l'artiste découvre dans les années 80 lors d'une retraite au Tibet. Atteint d'anémie hémolytique dès l'âge de 25 ans, ce voyage spirituel l'influencera tout au long de sa vie. Il dessine des scènes de la vie quotidienne sur les thèmes de «La Naissance», «Le Pèlerinage», «Le Défunt» (c.1983-1984). Il réalise également une série de peintures abstraites dont «Qi flottant- Fragment» (1984), inspirées du «Grand Vide», l'état d'âme primordial pour l'artiste, représentant l'équilibre parfait entre l'univers et le coeur intime de l'être humain.

Lors de son arrivée en France en 1986, Chen Zhen se trouve directement confronté au choc des cultures, mais continue de poursuivre sa démarche visionnaire, enracinée dans un désir de participation active à la construction d'un monde moderne. Après trois ans de recherche et de réflexion, il abandonne peu à peu la peinture et à partir de 1989, commence à travailler directement avec l'objet afin d'interroger les relations entre l'Homme, la société de consommation et la nature. Pour la première fois, l'exposition montrera à la Galerie Perrotin, Paris, les peintures face à une série de sculptures de l'artiste. Par le feu, un des éléments naturels symbolisant le passage d'un état à un autre, Chen Zhen construit des structures en verre et métal comme «Le Dernier portrait / L'Hibernation» (1991) contenant du charbon ou «Bibliothèque» (1999-2000) dont des journaux brulés, ces produits artificiels qui capturent «l'instantanéité du temps», sont rendus à leur état brut de cendres, comme si un nouveau départ leur était permis.

Ce mode de pensée transculturelle que l'artiste nomme «Transexpérience» correspond à un lieu transcendant où se manifeste la friction réciproque entre les différentes expériences. Il s'agit d'un espace dynamique, d'un champ d'énergies où les tensions et les contradictions prennent corps, mais également d'une zone de contact entre les flux d'énergie. Ce triple processus d'adaptation que l'artiste décrit comme «Résidence-Résonance-Résistance», Chen Zhen l'a lui même vécu en arrivant en Europe. La deuxième phase, celle de la «Résonance» entre les gens, pays ou cultures, est particulièrement présente dans «Round Table - Side by Side» (1997), qui à l'origine fait partie d'un projet de trois tables dont deux seulement ont été réalisées. «Side by Side» représente deux tables en bois reliées au centre et bordées de chaises orientales et occidentales. L'oeuvre révèle la difficulté des dialogues interculturels, ce que Chen Zhen décrit comme « la métaphore de l'éternel malentendu, née du constat que le désir d'interaction se heurte souvent à l'impossibilité d'un véritable dépassement des différences entre les cultures et les idéologies. »

En tant qu'exilé, Chen Zhen prend conscience de ce choc des cultures, de ce vide entre l'Occident et l'Orient qu'il tente decombler par son propre langage, comme s'il cherchait à créer un lien entre les savoirs, entre les compétences aux confins de l'art et de la médecine, de la politique, de l'écologie et du social. Les références à son pays natal sont nombreuses, comme avec «Exciting Delivery» (1999), sculpture chrysalide, tresse de chambres à air greffée sur une bicyclette, symbole culturel d'une Chine en pleine crise d'urbanisation. Ou encore avec «Social Investigation - Shanghai 1» (1997) où Chen Zhen révèle par des photos et dessins l'histoire et la mutation des tissus sociaux qui transforment sa ville natale.

C'est aussi grâce à cette solitude liée à son « évasion spirituelle », que Chen Zhen se tourne vers les autres pour mieux se comprendre lui même. Dans «Beyond the Vulnerability» (1999), il construit un paysage imaginaire composé de fragiles petites maisons en bougies, crées avec des enfants des favelas de Salvador de Bahia au Brésil, où il séjourne un mois. Grâce à ce projet, les enfants s'emparent de la ville qui les entoure et prennent conscience de la richesse historique de leur héritage, mais aussi des inégalités sociales à travers six styles architecturaux différents. Chen Zhen poursuit cette idée avec «Un Village sans frontières» (2000), composé de 99 maisonnettes en bougies - en Chine, le symbole de la vie d'un homme; chacune posée sur une chaise d'enfant provenant de pays différents, tels des autels universels. «Le fait d'utiliser des bougies a une signification particulière : bâtir un village sans frontières que nous avons la charge d'initier, mais avec un espoir toujours tourné vers la génération future».

Issue d'une famille de médecins, sa maladie irréversible et déclarée dès la fin des années 80, s'infiltre progressivement dans son oeuvre. Après tout, pour lui, la médecine chinoise et l'art, comme le yin et le yang, font partie d'une même dialectique bipolaire tout en restant complémentaire. C'est cette volonté de vivre, cette énergie créatrice trouvant sa source dans les contradictions, les conflits, et la beauté du monde, que Chen Zhen nous a transmis et laisse derrière lui.

En mai 2014, l'Association des Amis de Chen Zhen (ADAC) en collaboration avec Galleria Continua, publiera aux éditions Skira, le premier tome du Catalogue Raisonné de l'oeuvre de Chen Zhen qui retrace la période 1977 à 1996, et ses premières années d'activité d'artiste en Chine, son arrivée en France en 1986, où il résidera jusqu'à sa disparition en 2000, jusqu'à ses premières installations. Le volume est divisé en cinq parties principales, chacune introduite par un texte d'Isabelle Renard et Xu Min, contextualisant le travail de l'artiste, avec également des entretiens et essais d'auteurs comme Chen Bo, Marianne Brouwer, Daniel Buren, Adelina von Fürstenberg, Antoine Guerrero, Chen Jia-Lun et Xu Man-Yin, Bernard Garnier de Labareyre, Jérôme Sans et aussi des textes de Chen Zhen.

Du 26 avril au 7 juin, Le CENTQUATRE-PARIS présente en collaboration avec la Galleria Continua l'installation de Chen Zhen «Purification Room» au 5 rue Curial, 75019 Paris.
Pour plus d'information, www.104.fr

Vernissage de Chen Zhen
« Beyond the Vulnerability », 1999. Vue de l'exposition «Chen Zhen. Les pas silencieux », Galleria Continua / San Gimignano, Italie, 2011, Maquettes en bougies, dessins, collages, plexiglas, fer, bois, verre; 111 x 140 x 80 cm chaque table (longueur totale: 10 m), 200 x 80 cm chaque collage. Photo: Ela Bialkowska

Vernissage de Chen Zhen
"Les Textes de la lumière / La Lumière des textes" 1992, Métal, verre, néon, pigment rouge en poudre, terre, objets, lettres adhésives rouges, 190 x 140 x 31 cm / 74 3/4 x 55 1/8 x 12 1/4 inches. Photo Ela Bialkowska
"Exciting Delivery" 1999
Métal, roues et chambres à air de bicyclettes, voitures miniatures, peinture, 250 x 130 x 135 cm / 98 1/2 x 51 1/8 x 53 1/8 inches. Photo Ela Bialkowska

Vernissage de Chen Zhen
"Le Bureau de change" 1996-2004, Bois, métal, eau, pièces de monnaie, verre, lumière, 290 x 367 x 423 cm / 114 1/8 x 144 1/2 x 166 1/2 inches. Photo Michele Alberto Sereni
Location: Galerie Emmanuel Perrotin
76, rue de Turenne
10, Impasse Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 16 79 79
Fax : +33 (0)1 42 16 79 74
Mail : info-paris@galerieperrotin.com
Internet Site : www.galerieperrotin.com
Date: Saturday, April 26, 2014
Time: 16:00-21:00 CEST

id : 56520


Top