Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage d'Etienne Pottier "AGE D'OR"


DU MARDI 27 MAI AU SAMEDI 21 JUIN 2014
VERNISSAGE MARDI 27 MAI DE 18H A 21H

Initialement formé au graphisme et à l'illustration à l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (2009), Étienne Pottier a publié un album Jamais en dessous de 130 en 2010 avant d'étendre le champ de ses recherches plastiques. Parallèlement à la gravure, qu'il pratique intensément depuis 2010, l'artiste a initié récemment une série de grands dessins à l'encre de Chine, montrés pour la première fois dans cette exposition.

Qu'il s'agisse de gravures, de dessins à l'encre ou au fusain, ou de peintures, les couleurs sont rares dans le travail d'Étienne Pottier. Le noir et le blanc accompagnent toujours une recherche graphique exigeante, qui progresse autour de motifs récurrents et entrecroisés.

Pottier puise une partie de ces motifs dans les divers milieux marginaux qu'il a fréquentés et qui font sa singularité dans le monde de l'art contemporain. S'il ne parle pas bien le « germanopratin », il sait en revanche mixer dans une free-party, naviguer le milieu punk, aussi bien que celui des motards, étant l'un des leurs.
Son œuvre n'en est pas moins nourrie de références à l'histoire de l'art, d'Albrecht Dürer à Damien Deroubaix ou Peter Doig, en passant par Eugene Smith. Il affectionne par exemple les « vanités », thème classique de l'histoire de l'art depuis le 17e siècle, ces natures mortes dans lesquelles les éléments doivent rappeler au regardeur, de manière allégorique, le caractère transitoire de sa vie terrestre, et l'inciter à se tourner vers Dieu pour le salut de son âme. Mais le thème n'a chez Étienne Pottier pas de portée religieuse. Dans un monde sans Dieu, crânes et squelettes ne font que rappeler la fragilité de l'homme.

La vulnérabilité est une thématique centrale chez Pottier. Souvent, elle affleure là où on ne l'attend pas : les chiens (compagnons de galère des marginaux, des « punks à chien ») sont musclés et puissants, mais semblent pourtant inoffensifs, avec leur langue pendante et leur regard tendre. Les quatre gueules bienveillantes de son Cerbère contemporain n'inquiètent guère. De même, l'homme cynéphale, qui dépose sa tête en offrande, semble bien apaisé. Malgré le thème, il n'y a dans l'image ni violence, ni souffrance, ni provocation, mais l'évocation d'un rituel mystérieux et intemporel.

On décèle chez l'artiste une aspiration à traiter les sujets prosaïques d'une manière spirituelle, à conférer à des thèmes quotidiens une dimension presque sacrée. C'est en particulier perceptible dans la manière dont il aborde l'iconographie de la moto. Dans ses gravures, les casques de moto sont comme auréolés et mis en équivalence avec des heaumes de chevaliers ou des casques gaulois. « Le pouvoir et la gloire » sont les trophées convoités par ces nouveaux « héros » contemporains que sont les motards, en quête d'une expérience unique : dominer sa peur, braver le danger et la mort. Les références au monde des motards est toutefois allusive, et presque cryptée. Seuls les initiés connaissent le « prince noir », motard anonyme qui a parcouru les 35 km du périphérique en 11 minutes (Acte de foi), ou savent que les acronymes SRAD ou CBR inscrits en frontispice de certaines gravures, renvoient à des engins mythiques, extrêmement puissants.

Comme tous ceux de sa génération, Étienne Pottier pratique le sampling : il puise son inspiration sur internet où un mot-clé mène à un autre et peut vous embarquer vers des images inattendues. Mais ces images-sources s'enrichissent de la connaissance qu'a l'artiste de l'histoire de l'art : le « prince noir » devient ainsi la figure d'un retable, revisité par une esthétique « black metal ».

Sa dernière composition Veneah (dont le titre vient de « Heaven » à l'envers) ouvre son travail vers de nouvelles perspectives artistiques. Dans ce vaste paysage, les entrelacs végétaux, les volutes de fumée, les musculatures semblent l'occasion pour l'artiste de laisser libre cours au plaisir du geste pictural, qui l'emmène toujours plus loin dans de nouveaux territoires oniriques. Est-ce l'Age d'or ?

Stéphanie Molinard

Étienne Pottier
Lauréat 2012 du prix Pierre Gautier-Delaye
http://etiennepottier.tumblr.com

Vernissage d'Etienne Pottier "AGE D'OR"
Veneah, encre de chine sur papier, 225x450cm, 2014
Location: Galerie du Haut-Pavé
3, quai de Montebello
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 54 58 79
Mail : contact@haut-pave.org
Internet Site : www.haut-pave.org
Date: Tuesday, May 27, 2014
Time: 18:00-21:00 CEST

id : 57432


Top