Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de Julien Carreyn "Journal de Valentine"


Du 15 au 22 novembre 2014
Présentation samedi 15 novembre 2014, de 18h à 21h

Les fragrances du Journal de Valentine

Le style a une odeur. Celle des taies d'oreiller que Valentine a étendues toute la matinée sur le tancarville, avant de les déposer dans un grand bac à linge orange, qu'elle appuie d'un bras contre sa hanche, négligemment. Parce qu'elle est occupée à expliquer à l'autre là, du haut de l'escalier, que c'est la dernière fois qu'il met ses chaussettes en tire-bouchon dans la machine. Sans quoi, on n'y peut rien elles dégagent une odeur âcre d'humidité qui s'arc-boute tellement dans l'armoire que même les poches de tissu gonflé de pétales de rose séchés n'y peuvent rien. Même quand on aère. Alors la chambre ne peut plus être celle qui enchante Proust, « ces chambres de province qui nous enchantent des mille odeurs qu'y dégagent les vertus, la sagesse, les habitudes, toute une vie secrète, invisible, surabondante, et morale que l'atmosphère y tient en suspens ». Sa peau à elle, peut seule alors, capter les effluves que l'air transporte autour de la maison : celle de la marée et du lichen vert et iodé, puis les parfums de mauvaises herbes qui poussent au bord des routes et sur la façade du vieux bar déserté que les pintes de bières servies pendant des lustres ont fini par tremper. Mais l'autre là fait mine de ne rien entendre. Il est sourd aux odeurs et s'est desséché comme l'encre de son journal. S'est déposé comme le tanin au fond de ses bouteilles, sur la cheminée. Si seulement le foyer pouvait encore sentir le feu de bois… Hélas, plus rien ne brûle dans l'âtre. Il n'y a qu'à la cave, dans les bas-fonds du domicile, que Valentine puisse renifler des traces de vie, appétissantes et odorantes. Et plus profondément encore, c'est à la clinique, dans un bloc aseptisé, devant des liquides au ph neutre, qu'elle peut enfin laisser venir à elle, l'air du dehors, chargé de parfums flâneurs, piquants et doux, pour qu'ils se posent sur ses fesses et sa poitrine, sur son front et ses talons. C'est elle désormais qui ne séchera plus jamais. Tous les pores de sa peau seront ouverts à la fraîcheur nourricière des micro-organismes et des plantes d'à côté. Elle sera boursouflée de cette humidité apaisante. Et jettera aux orties son tancarville.

Judicaël Lavrador

Julien Carreyn
Journal de Valentine, 2014
64 pages, noir et blanc, papier gris non couché 120g,
27 exemplaires numérotés et signés, dont 12 exemplaires accompagnés d'un dessin unique.
Location: Gilles Drouault galerie/multiples
Galerie de Multiples, GDM
17, rue Saint-Gilles
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 48 87 21 77
Fax : +33 (0)1 48 87 21 77
Mail : contact@galeriedemultiples.com
Internet Site : www.galeriedemultiples.com
Date: Saturday, November 15, 2014
Time: 18:00-21:00 CET

id : 62764


Top