Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage d'Arnaud Labelle-Rojoux "Tombe la neige"


12.12.2014 - 31.01.2015
Vernissage le jeudi 11 décembre à partir de 18h

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l'idée de l'exposition que je propose à la galerie Loevenbruck ne trouve pas son origine dans la belle et déchirante chanson sentimentale d'Adamo, « Tombe la neige », qui lui donne son titre. Elle est née du souvenir d'une représentation à l'Opéra des « Indes galantes » de Rameau lorsque j'étais enfant. Quel âge avais-je ? Dix ans, douze peut-être. Si je ne me rappelle guère ce que je vis, et encore moins ce que j'entendis, je conserve l'éblouissement que j'eus alors, celui d'une opérette façon Châtelet ! Jean Carzou, gloire académique des années 1950 oubliée de tous (sauf de John Armleder !), était l'auteur d'une toile peinte évoquant le Pérou des Incas. L'oeuvre, dont la thématique galante, XVIIIe siècle en diable, très Watteau, très Fragonard, très conte philosophique, est placée sous des cieux exotiques, découpée en tableaux (Turquie de fantaisie, Perse imaginaire, Pérou précolombien donc, et Indiens du Nouveau Continent). Repensant aux « Indes galantes », ce n'est pas, en réalité, à l'oeuvre de Rameau que je songe à présent, mais à un spectacle sans moyens, et sans rapport apparent, de Mike Kelley, « To Be Read Aloud », présenté à Angoulême en 2000. De quoi s'agissait-il ? Pareillement découpé en quatre tableaux, évoquant cette fois le western (plutôt « spaghetti »), l'Orient des Mille et Une Nuits, le carnaval de Venise (version déco de pizzeria) et une Antiquité de péplums, à partir d'éléments de scène piteux empruntés à des compagnies de théâtre amateur, Mike Kelley « donnait à entendre » une conversation à bâtons rompus avec Franz West rejouée par trois acteurs, que le séquençage faussement illustratif plaçait dans une perspective critique.

Mon projet consiste - la galerie Loevenbruck par sa façade vitrée se prêtant à l'idée de vitrine - à produire une sorte de tableau (au sens théâtral du terme) indéterminé. Avec, à la place du soleil des Indes galantes, et des stéréotypes culturels de « To Be Read Aloud », la neige, son « impassible manège », accompagnée de présences spectrales à l'éternité friable. Quiconque contemple la neige ne pense pas à tout coup aux paquets-cadeaux amoncelés devant la cheminée. Certains pensent à la mort. Et aux vivants qui méditent sur ses éclats brillants. Comme dans la scène finale de « Les Morts », l'ultime nouvelle de « Gens de Dublin », de Joyce : « Il s'était mis à neiger. Il regarda dans un demi-sommeil les flocons argentés ou sombres tomber obliquement contre les réverbères. [...] Elle [la neige] s'était amassée sur les croix tordues et les pierres tombales, sur les fers de lance de la petite grille, sur les broussailles dépouillées. Son âme s'évanouissait peu à peu comme il entendait la neige s'épandre faiblement sur tout l'univers comme à la venue de la dernière heure sur tous les vivants et les morts. »

La neige est un spectacle.

Cette idée de spectacle, je ne pouvais pas l'envisager sans y associer mon complice du Manifeste de la passion triste, Xavier Boussiron, dont le nouveau disque avec Marie-Pierre Brébant réinterprétant à la guitare électrique et au clavecin (étrangeté garantie, mais rien de cocasse) une vingtaine des cent cinquante-trois pièces pour piano de « Mikrokosmos » de Béla Bartók pourrait idéalement constituer l'accompagnement musical. Composée, on le sait, par Bartók dans un objectif pédagogique pour son fils Peter, l'oeuvre condense (Mikrokosmos = monde en petit) tout l'univers (en particulier celui de la musique - « high & low revisités ») à la façon d'un roman d'apprentissage. L'enfance y est donc associée à la découverte, les pièces offrant, jusqu'à l'enivrement virtuose, des difficultés croissantes aux interprètes.

Logés dans la vitrine de la galerie, devenue scène et simultanément écran, Marie-Pierre Brébant et Xavier Boussiron joueront, elle au clavecin, lui à la guitare, les morceaux qu'ils ont enregistrés de « Mikrokosmos » le 13 décembre. On pourrait bien sûr annoncer la chose comme un concert pour la rue Jacques-Callot, mais c'est, dans mon esprit, beaucoup plus que cela : via Bartók, glissant une subliminale métaphysique du toucher - vif et fragile, et précis, et inquiet -, Brébant et Boussiron seront, en quelque sorte, pour un soir, en direct, les magiciens révélateurs du théâtre du monde en réduction que constitue aussi l'exposition. Et, comme dans mon souvenir des « Indes galantes », il y aura, à n'en pas douter, éblouissement.

Arnaud Labelle-Rojoux

Vernissage d'Arnaud Labelle-Rojoux "TOMBE LA NEIGE"
"Good Times, Bad Times", 2012
Acrylique sur toile, 40 x 40 cm
© ADAGP, Paris, Courtesy galerie Loevenbruck, Paris.
Photo F.Gousset
Location: Galerie Loevenbruck
6, rue Jacques Callot
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 53 10 85 68
Fax : +33 (0)1 53 10 89 72
Mail : contact@loevenbruck.com
Internet Site : www.loevenbruck.com
Date: Thursday, December 11, 2014
Time: 18:00-21:00 CET

id : 63923


Top