Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de Christian Babou


du 27 février au 2 avril

Babou, bout de ficelle, selle de cheval

Christian Baboulène, dit Christian Babou, dit Babou a toujours travaillé par séries. Il était donc cohérent qu'après avoir montré il y a deux ans les « Résidences prestige » (1971- 1974), les « Ornements » (1974-1977) et les « Dômes » ( 1976-1980), la galerie Sémiose continue avec les « Entraves » (1984-1987) et les « Bastides (1987-1992). Ce choix est d'autant plus évident que les séries de Babou s'enchaînaient comme une concaténation, marabout, bout de ficelle, selle de cheval. Et cela tombe bien, puisque le cheval, la selle, les rênes, les harnais, les étriers sont justement le sujet des « Entraves » qui s'ouvriront plus tard sur les « Bastides ». « Il montait sur les toits avec son père qui était artisan couvreur. D'où cette fascination pour l'architecture et les détails d'architecture » rappelle Elisabeth Krief qui a été sa galerie pendant près de vingt ans (de 1976 à 1995). C'est ainsi que les maisons le conduiront aux toitures, les toitures aux coupoles et gargouilles, les gargouilles aux ornements animaliers, les ornements animaliers aux entraves avant de revenir à l'architecture. La boucle est bouclée, dont il faut lire les différentes étapes comme autant de prétextes à une réflexion sur la frontière entre vraie figuration et abstraction trompeuse ; et à des jeux sur l'espace, la composition (le nombre d'or), les contrastes, la lumière, les couleurs, utilisées pour allumer certains éléments et éteindre leur contexte. En somme uniquement de la peinture qui a toujours été le cheval de bataille de Babou.
Les couleurs, justement, éléments clefs de ces « Entraves » et « Bastides ». Chez Babou, de la même manière que les séries, les tonalités chromatiques aussi s'enchaînent. Pour cela, il créait un mélange de couleurs pour une toile et le combinait à une nouvelle teinte pour le tableau suivant, et ainsi de suite. C'est la raison pour laquelle on ne retrouve jamais deux fois les mêmes tonalités d'une œuvre à l'autre et qu'elles alternent couleurs froides et chaudes. Lorsque l'on sait qu'en plus Babou avait mis en place un système de numérotation pour l'emplacement de ces nuances, on comprend mieux comment ce grand amoureux de la peinture architecturait la sienne à la fois sur un pilier analytique, conceptuel et sur un autre entièrement construit sur la sensation, l' émotion qui le poussaient à peindre de nombreuses couches pour arriver à la vibration voulue. En Véritable funambule du motif, il a réalisé une oeuvre qui conjugue en un parfait équilibre le mental et le sensible.

Henri-François Debailleux

Chrisitian Baboulène est né en juillet 1946 à Villeneuve-sur-Lot et mort à Paris en mai 2005.
Location: Semiose galerie-éditions
54, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau, Réaumur - Sébastopol
France
Phone : +33 (0)9 79 26 16 38
Mail : b.porcher@semiose.com
Internet Site : www.semiose.com
Date: Saturday, February 27, 2016
Time: 11:00-21:00 CET

id : 74571


Top