Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de Cécile Noguès "SAITON SEUGON"


Vernissage le jeudi 17 mars 2016 à 18h
Exposition du 18 mars au 9 avril 2016

"Je cherche le caractère dans chaque matière. Or le caractère de la céramique grès est le sentiment du grand feu", évoque Paul Gauguin, l'un des pionniers de la modernité artistique de la céramique, concernant la capacité de la terre cuite à imprimer le geste de façon très immédiate, permettant un transfert de traits de caractère dans la matière. C'est d'ailleurs la première impression donnée par la famille dysfonctionnelle de formes de Cécile Noguès. Quel artiste se manifeste derrière cette fratrie terrifiante d'objets sans fonctions, de monstres sans tête, d'accessoires vaudou?

"Si j'ai choisi la céramique c'est que ce médium est déjà si chargé que cela me permet de ne pas y transférer ma propre charge personnelle", dit l'artiste, qui cherche donc un "minimalisme de l'intention", à défaut d'être minimale. Malgré la dimension plutôt abstraite de ses formes, nous y identifions des analogies anthropomorphiques, des jambes en bois difformes, des fruits métalliques étranglés, des têtes de chou avec nervures sensibles, des bittes d'amarrage flasques, du mobilier camp... Une foule d'objets qui semblent vivre une vie autonome, assumant une personnalité et des attitudes, sensuelles, lourdes, mutiques, outrancières, avec des protubérances et des trous.

"L'histoire de la modernité est une histoire de déformation de la figure", évoque l'artiste, la rapprochant de l'héritage de l'art informel. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si Cécile Noguès a décidé de rouler en vélo sur des sculptures phalliques: une évocation mordante du geste de l'artiste Asger Jorn, du mouvement Cobra, qui roulait en scooter sur son relief produit en 1959 à Albisola en Italie, où l'artiste s'est rendue pour visiter sa maison-jardin. Cette mouvance antirationaliste, confrontant abstraction et figuration, trouvait dans la céramique une expression de choix.

Par désir de spontanéité, l'artiste va jusqu'à procéder par monocuisson, technique peu recommandée par le sérail, réalisant d'un seul coup la cuisson et l'émail. Elle réalise tout elle-même, poussant à bout le nombre de cuissons pour ne pas contrôler l'évolution des couleurs, ou fabriquant une sculpture avec un montage de pièces cassées. "Il y a quelque chose de la forme archéologique dans mon travail. Est-ce que les sculptures sont inachevées ou effacées par le temps? Je ne sais pas si elles sont en train d'apparaître ou de disparaître, mais il ne s'agit en aucun cas d'une mélancolie de la ruine. Je suis consciente que du moment où se termine la cuisson, ce sont des carcasses, mais ma bataille est de rendre vivantes ces barbotines, ces images en fusion, liquides, grotesques."

La question de la fonctionnalité et du décoratif traverse évidemment toute l'histoire de la céramique, sorte de refoulé permanent de l'art moderne, entre-temps devenu, en quelque sorte, une chance: plus inclusive, attentive à la culture populaire, permettant de transférer ce qui est élevé et spirituel sur le plan matériel, corporel. Cécile Noguès peut d'ailleurs imprimer une dimension phallique et conquérante à ses sculptures mais leur hybridité les place dans une logique transgenre. Abstraites, ruisselantes, cauchemardesques et élégantes, ses sculptures sont faites de doute, de violence et de feu.

Pedro Morais

Vernissage de Cécile Noguès "SAITON SEUGON"
"Série inconsciente (olives)", 2014, 40 x 20 x 20 cm ; "L'idéologie d'en face", 2014, 65 x 16 x 16 cm
Location: Galerie Alain Gutharc
7, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 47 00 32 10
Fax : +33 (0)1 40 21 72 74
Mail : gutharc@free.fr
Internet Site : www.alaingutharc.com
Date: Thursday, March 17, 2016
Time: 18:00-21:00 CET

id : 75353


Top