Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage presse de l'exposition Lucinda Childs / Sol LeWitt


24 SEPTEMBRE 2016 - 7 JANVIER 2017

Visite de presse
Vendredi 23 septembre

10h - 11h
Lucinda Childs, Nothing Personal 1963 -1989
Centre National de la Danse
1, rue Victor Hugo
93500 Pantin

11h15 - 12h15
Lucinda Childs / Sol LeWitt
Galerie Thaddaeus Ropac
69, avenue Général Leclerc
93500 Pantin

Vernissage
Vendredi 23 septembre 19h - 21h
69, avenue Général Leclerc
93500 Pantin

Vernissage presse de l'exposition Lucinda Childs / Sol LeWitt
Lucinda Childs, Sol LeWitt. Dance III, 1979, Score format (diagramme)
Image : Nathaniel Tileston

Dans le cadre de la rétrospective consacrée à Lucinda Childs cet automne à Pantin par la Galerie Thaddaeus Ropac, le Centre national de la danse et le festival d'Automne, l'exposition Lucinda Childs / Sol LeWitt met en lumière le développement parallèle des méthodes graphiques des deux artistes dans les années 1970. Connu pour leur collaboration dans la pièce Dance (1979), leur affinité se nourrit au début de la décennie d'une réflexion commune sur le dessin, la sérialité et le mouvement.
En 1979, Lucinda Childs commence à New York les répétitions de Dance. Cette pièce est un tournant dans le parcours de la chorégraphe qui abandonne les espaces alternatifs où elle présente depuis deux décennies ses pièces. En collaboration avec Sol LeWitt et le compositeur Philip Glass, elle développe un spectacle qui explore les spécificités du dispositif théâtral. Sol LeWitt réalise à cet effet une installation filmique unique dans son œuvre. Un écran transparent couvrant l'intégralité de la cage de scène superpose à la danse live un film 35mm réalisé quelques mois auparavant. Reprenant dans un montage complexe la danse, ce film multiplie les points de vue sur la chorégraphie exécutée simultanément par les interprètes. Cette exposition bénéficie d'un prêt exceptionnel du Whitney Museum à New York de l'une des partitions chorégraphiques originales de Dance #4 (1979) partition dont la chorégraphe avait fait don à l'institution américaine.

Les archives de la chorégraphe, exposées pour la première fois, retracent à travers plus d'une centaine de documents graphiques l'élaboration de son langage chorégraphique dans les années 1970. Ces documents font écho au Wall-Drawing #357 (1981) de Sol LeWitt qui développe sur les murs de la galerie le motif de l'arc de cercle. Celui-ci tout comme la ligne droite et la diagonale constituent le répertoire formel des danses minimalistes de la chorégraphe.
Suivant une procédure inventée en 1973, Lucinda Childs réalise pour les cinq danses qui composent initialement Dance, un diagramme à partir duquel elle génère la partition chorégraphique. Alors que, dans les années 1960, la chorégraphe dessine des croquis de parcours des interprètes, elle se tourne dans la décennie suivante vers la composition de mouvements quotidiens qu'elle agence de manière sérielle et répétitive. La marche et les changements de directions deviennent ainsi les matériaux essentiels de ses danses et le croquis de parcours se confond dés lors avec la partition de la pièce.

Lors de leurs premières rencontres pour la création de Dance, Sol LeWitt et Lucinda Childs échangent, vraisemblablement par fax, les diagrammes des danses auxquels l'artiste associe une couleur primaire. La place centrale dévolue au diagramme dans l'élaboration des danses tient à la méthodologie que Lucinda Childs adopte à partir de 1973. La chorégraphe n'essaie plus d'élaborer a priori le parcours de l'interprète mais une machine graphique, le gabarit, génère des tracés et c'est seulement dans un second temps, durant les répétitions, que le parcours des danseurs est individualisé. On trouve donc au cœur de la fabrique chorégraphique la même méthodologie que Sol LeWitt développe dans son œuvre sérielle des années 1970 et 1980. Dans ses dessins muraux comme dans les chorégraphies de Lucinda Childs, la série permet de pousser jusqu'à l'infini la logique graphique de chaque motif.

Les documents réunis dans cette exposition donnent également à voir une partie importante de la correspondance entre Sol LeWitt et la chorégraphe. On peut y suivre les diagrammes dessinés et estampillés par l'artiste depuis Murano, Rome ou Pékin qui répondent aux diagrammes des danses de la chorégraphe. Au verso d'une de ces cartes postales se déploient des images vacillantes, celles d'une planche photographique intitulée A man performing headspring, a flying pigeon interfering. Extraite de l'étude réalisée par Eadward Muybridge sur la locomotion animale, ces photos détaillent les différentes étapes d'un saut périlleux. Photographiée de face, le mouvement semble incohérent tandis que de profil il révèle cette logique sérielle propre au mouvement quotidien. La sérialité se construit donc tout autant par des procédés graphiques que par la saisie des mouvements quotidiens qui animent la locomotion humaine et Edward Muybridge est à cet égard une référence partagée par les deux artistes.

L'exécution du Wall Drawing #357: A 12" (30 cm) grid covering the wall que Sol LeWitt créa en novembre 1981 à New York et qui reprend le motif de l'arc de cercle sera assurée par un dessinateur de la Fondation Sol LeWitt qui travaillera pendant plus de trois semaines sur la réalisation au crayon blanc du dessin sur un mur peint en noir de près de 25 mètres de long. Le dernier jour de dessin coïncidera avec le vernissage de l'exposition le samedi 24 septembre prochain. L'effacement du Wall Drawing le 7 janvier 2017, dernier jour de l'exposition, se fera également en présence du public.

Commissaire : Lou Forster
Scénographie : David Dubois
Production : Galerie Thaddaeus Ropac, CND Centre national de la danse // avec le Festival d'Automne

dans le cadre de l'exposition Lucinda Child, Nothing Personal 1963 - 1989 organisée avec le CND - Centre national de la danse et le Festival d'Automne à Paris

Vernissage presse de l'exposition Lucinda Childs / Sol LeWitt
Carte postale de Sol LeWitt, issue de la correspondance Sol LeWitt/Lucinda Childs, 1979
Courtesy Galerie Thaddaeus Ropac, Paris/Salzburg
Photo : Charles Duprat

Le Festival d'Automne 2016 consacre un portrait Lucinda Childs avec différents spectacles et expositions dans les lieux suivants :

24 au 30 septembre
Lucinda Childs / Early Works
CND Centre national de la danse / La Commune Aubervilliers / Avec la MC93

24 septembre au 17 décembre
Lucinda Childs, Nothing Personal 1963-1989
Exposition au CND Centre national de la danse

29 septembre au 3 octobre
Lucinda Childs / Dance
Théâtre de la Ville

6 et 7 octobre
Lucinda Childs / Dance
Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines

4 au 7 octobre
Lucinda Childs / AVAILABLE LIGHT
Théâtre du Châtelet / Avec le Théâtre de la Ville

Lucinda Childs / Maguy Marin / Anne Teresa De Keersmaeker
Trois Grandes Fugues
29 novembre au 3 décembre
Maison des Arts Créteil / Avec le Théâtre de la Ville
6 décembre
Théâtre du Beauvaisis
8 et 9 décembre
L'apostrophe - Théâtre des Louvrais / Pontoise
13 décembre
Théâtre-Sénart
15 au 17 décembre
Nanterre-Amandiers

Vernissage presse de l'exposition Lucinda Childs / Sol LeWitt
Lucinda Childs, Melody Excerpt. Diagramme, encre sur papier, 1977
Courtesy Galerie Thaddaeus Ropac, Paris/Salzburg
Photo : Charles Duprat

Vernissage presse de l'exposition Lucinda Childs / Sol LeWitt
Lucinda Childs, Dance, 1978,
The Brooklyn Academy of Music
Photo : Nathaniel Tileston
Location: Galerie Thaddaeus Ropac Pantin
69, avenue du Général Leclerc
93500 Pantin
M° Gare SNCF Pantin
France
Phone : +33 (0)1 55 89 01 10
Fax : +33 (0)1 55 89 01 11
Mail : galerie@ropac.net
Internet Site : www.ropac.net/contact/paris-pantin
Date: Friday, September 23, 2016
Time: 10:00-13:00 CEST

id : 77849


Top