Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de l'exposition "Éblouissement"


Artistes : Dominique Blais, Nathalie Brevet_Hughes Rochette, Jean-Baptiste Caron, Véronique Joumard, Iván Navarro, Nøne Futbol Club

Commissaire : Madeleine Mathé

Du samedi 17 septembre au dimanche 20 novembre 2016, le CACC a rassemblé des artistes de toutes générations proposant d'éprouver les figures de l'éblouissement qu'il soit éclairé, sensoriel ou vertigineux, par le biais de gestes discrets, de pièces lumineuses.
Choc visuel, trouble vertigineux ou encore émerveillement, au sens propre comme figuré, l'éblouissement investit différentes figures et allégories, qui toujours donnent à envisager l'inouï, l'imperceptible ou l'irrationnel. Autant de limites et de vacillements qu'explorent les formes artistiques.

Le philosophe Georges Didi-Huberman propose une expérience de l'éblouissement de l'ordre du divin dans l'ouvrage "L'homme qui marchait dans la couleur", 2001, et établit un parallèle entre la dramaturgie des édifices religieux et les « temples » lumineux que crée le plasticien de la lumière James Turrell. Comment incarner « l'Absent » et donner matière à l'invisible? L'auteur dévoile ainsi la précise mise en œuvre des volumes, de leurs limites et des directions données aux rayons du soleil dans les édifices religieux. Toutes ces combinaisons permettent à la lumière d'inonder le lieu et de l'habiter avec matière et puissance, et constituent également la grammaire des environnements lumineux et infinis que créé l'artiste.
Restant dans une approche sacrée de l'éblouissement, l'artiste et critique d'art irlandais Brian O'Doherty au milieu des années 1970, relie la galerie d'exposition à l'église. La rigueur des lois qui président à l'édification des espaces d'expositions participe en effet à une sacralisation du lieu et des œuvres : isolation du contexte, neutralité de l'espace, fenêtres obstruées, lumière zénithale, autant de mécanismes mettant en abyme une possibilité « d'éternité de l'exposition ».

Loin de correspondre aux canons du white cube, le Centre d'Art Contemporain Chanot souhaitait à son tour explorer cette insaisissable idée d'éblouissement. Des couchers de soleil aux environnements saisissants le visiteur était convié à un voyage au pays des sensations, d'un absolu illimité.
Location: Centre d'Art Contemporain Chanot
Centre d'Arts Plastiques Albert Chanot
33, rue Brissard
92140 Clamart
M° Gare SNCF de Clamart
France
Phone : +33 (0)1 47 36 05 89
Fax : +33 (0)1 47 36 05 89
Mail : cacc@clamart.fr
Internet Site : www.cacc.clamart.fr
Date: Saturday, September 17, 2016
Time: 18:00-21:00 CEST

id : 77891


Top