Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de Pupa Neumann "La Madeleine de Gide"


Artcurial, librairie d'art

du 15 décembre au 10 janvier 2017
Mercredi 14 décembre : vernissage et signature du livre, de 18h30 à 21h

Les photos de Pupa Neumann sont toujours un savant mélange de beauté et d'un soupçon de quelque chose qu'on ne nomme pas tout de suite, mais qui vient, chez celui qui les voit, heurter une partie non raisonnée du cerveau. De la beauté, toujours, avec un je-ne-sais-quoi qui touche à la mort, à la maladie, au rejet ou à la violence par exemple.

Ainsi, ses petites filles sont des femmes, et derrière leurs poses ou leur sourire, on sent que l'innocence est déjà loin. Ses femmes ont quelque chose d'enfantin mais de cassé. Ce sont de grandes poupées désarticulées, elles crachent, vomissent, ont les bras ou les jambes tordues. Parfois, c'est le regard qui donne l'indice du malaise. Les couleurs, très fortes, très joyeuses, heurtent des airs absents, des silhouettes empêchées ou des révoltes larvées.

Le personnage de Madeleine Gide avait tout pour séduire Pupa Neumann. J'écris « le personnage », car la vraie Madeleine Gide n'est présente, ici, que par ce qu'elle représente : la pureté poussée à son extrême, associée à de la tristesse ou peut-être un sens aigu du sacrifice.

La vraie Madeleine était la cousine d'André Gide et n'a jamais consommé son mariage avec lui. Il l'aimait d'un amour bien trop pur pour la toucher, réservant cela aux garçons. Si lui dissociait l'amour en pur et impur, qu'en était-il de cette femme qui est restée mariée avec lui, l'a accompagné, l'a protégé, l'a aimé ? Détruisant ainsi sa beauté pour se consacrer aux autres et aux tâches domestiques ? Renonçant à la vie en quelque sorte.

La Madeleine de Pupa Neumann, est toujours très belle. Elle incarne, par son teint pur et ses poses la fragilité et la grâce. Elle est tantôt sexuée, tantôt pas, illustrant ainsi son combat intérieur. On découvre une jeune femme résignée, au teint d'opale, les cheveux lisses, sur d'autres clichés, une effrontée, très sexuelle, en pâmoison, ou tenant un médaillon - religieux ? - entre les dents. Ses bras sont des cygnes, ses cheveux, un indice de son état. Parfois elle crache. Et parfois, elle redevient une petite fille qui joue avec de drôles de hochets. Elle joue, mais elle est figée.

Madeleine est une poupée mécanique qui assume son destin. Ses cheveux ne sont plus naturels, et la photographe lui a ajouté des rubans qui ont perdu la légèreté des rubans qui volent au vent quand les petites filles courent. Ceux-là sont lourds, immobiles, et révèlent le poids et l'absence de mouvement.

>> invitation

Vernissage de Pupa Neumann "La Madeleine de Gide"

Vernissage de Pupa Neumann "La Madeleine de Gide"
Location: Artcurial
Hôtel Marcel Dassault
7, Rond-Point des Champs Elysées-Marcel Dassault
61, avenue Montaigne
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 42 99 20 20
Mail : contact@artcurial.com
Internet Site : www.artcurial.com
Date: Wednesday, December 14, 2016
Time: 18:30-21:00 CET

id : 81251


Top