Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de Jeannie Abert "Requiem"


23 février - 18 mars 2017
Vernissage Samedi 25 février 18:00 - 21:00

Tombeau pour cinq cent mille espèces animales par Véronique Bergen.

Où va le perdu ? Que faire avec le disparu ? Nouant des réalités que nos représentations disjoignent, les collages de Jeannie Abert révèlent les résonances intérieures soulevées par la combinaison d'éléments hétérogènes. Au fil des séries « Les maîtres silencieux », « Les disparus », « Disparition imminente », « Joyaux », « Ruines », « Composition » s'élèvent des chants pour ce qui n'est plus, les vieux temples, la nature sauvage et surtout les espèces animales et végétales mises à mort par un homme prédateur dépeuplant la Terre. Le silence des animaux consommés, chassés, décimés, exterminés se voit traduit dans le registre du visible.
Le corps d'une girafe amputé de son bas est accolé à la carte du Sud de l'Afrique, mamelle dont on trait les ressources, le sang, le soleil. Des vestiges de temples antiques flottent comme un aérolithe au-dessus de routes goudronnées. Les créations de Jeannie Abert laissent parler les innombrables espèces, les lieux qui ne sont plus. La puissance des images se loge en leur effet à la fois boomerang et miroir, dans le retour au visible de ceux que nous avons occis.
Les noms des espèces menacées d'extinction rythment la série « Disparition imminente ». Chauve-souris crucifiée sur nos rêves tournés en cauchemars, au milieu d'un triangle sur sa pointe ; polyèdre menaçant le muriqui du Nord ; pschent annonçant la fin coiffant les cornes de la gazelle de Dama... Les regards des animaux, leur posture nous mettent à nu. Leur disparition signe l'imminence de la nôtre.
Avec « Les disparus » s'ouvre un tombeau pour les défunts, pour cinq cent mille espèces animales, un requiem visuel. Un monde amputé de sa biodiversité, privé de milliers d'espèces de mammifères, d'oiseaux, de poissons, de reptiles est-il encore un monde ? Comment vivre et pourquoi vivre dans un univers où ces dieux-totems ne sont plus ? Avec Jeannie Abert, on se met à rêver que les dépouilles opimes animales renaissent de leurs cendres.

Artiste française née en 1987, Jeannie Abert vit et travaille à Arles. Elle est diplômée de l'Ecole supérieure d'art et de design de Saint-Etienne (2009) et de l'Ecole nationale supérieure de la photographie d'Arles (2013). Elle effectue une résidence à l'International Center of Photography de New-York en 2011. Sa série Révolutions est récompensée parle prix Oblick à Strasbourg en 2014. Soutenue par Olympus, elle engagea une "conversation photographique" avec Stanley Greene qui fut récemment exposée à Paris à la Galerie Les Filles du Calvaire. Certaines images apparaissent dans l'édition Echanges de vues chez Filigranes. Son travail a été exposé notamment aux Rencontres internationales de la photographie d'Arles en 2013, à Toulouse lors du festival ManifestO en 2013, à Amsterdam pour Unseen Photo Fair en 2014 ainsi qu'au 30ème Festival international de mode et de photographie à la Villa Noailles (Hyères) en 2015. En avril 2016, elle a été accueillie pour une résidence de création à la Villa Pérochon (Niort), lors des 22ème Rencontres de la jeune photographie internationale.

Vernissage de Jeannie Abert "Requiem"
Jeannie Abert, série Composition, 2016
Collage, 24 x 30 cm (détail)
Courtesy of the artist & Progress Gallery, Paris
Location: Progress Gallery
4 bis, passage de la Fonderie
accès au niveau du 72, rue Jean-Pierre Timbaud
code : porte ou B288
75011 Paris
M° Parmentier, Goncourt, Couronnes
France
Phone : +33 (0)1 70 23 30 20
Mobile : +33 (0)6 98 02 72 80
Internet Site : www.progressgallery.com
Date: Saturday, February 25, 2017
Time: 18:00-21:00 CET

id : 82951


Top