Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de Fabienne Gaston-Dreyfus "Le paradis brûle"


9 mars - 22 avril
vernissage le jeudi 9 mars de 18h à 20h30

La galerie Jean Fournier présente la première exposition personnelle de Fabienne Gaston-Dreyfus constituée d'un ensemble d'œuvres récentes, des toiles de grand et moyen formats ainsi que des gouaches sur papier.

Ce travail fondé en partie sur la couleur, ses variations et ses interactions touche aussi à une dimension performative de la peinture. Entre 2004 et 2009, elle réalise de grandes toiles où des éléments, traces, coulures, ou parfois formes traitées en aplats, organisent dans un équilibre incertain un relatif chaos et semblent flotter dans l'espace blanc de la toile. Comme l'écrit Eric Suchère, la peinture de Fabienne Gaston-Dreyfus est une peinture littérale, c'est-à-dire « qu'elle n'émet aucune théorie, n'affirme aucune symbolique, ne dit rien et se place hors du commentaire.»1

Attentive aux questions relatives au corps et au geste, l'artiste marque un changement dans sa pratique en 2013 lorsqu'elle expérimente la main gauche pour peindre. Cela induit d'autres sensations, d'autres gestes, une autre prise en compte de l'espace. Ainsi, un geste s'affirme qui est répété à la large brosse.
Cette succession de gestes, déterminés par l'amplitude du bras, donne naissance à une forme rectangulaire composée de strates de couleurs. L'espace central de la toile est souvent laissé blanc autour duquel les blocs colorés viennent rythmer la composition. Le blanc génère une lumière qui contraste et dialogue avec les plaques de couleurs accolées les unes aux autres.

Des couches de couleurs se mélangent directement sur la toile et se superposent. La trace des passages horizontaux et verticaux de la brosse sur la toile est visible et témoigne d'une certaine mécanique gestuelle, tandis que sur les bords affleurent les différentes strates colorées. Parfois, plusieurs dizaines de fines couches de peinture à l'huile sont superposées et créent une lumière sourde.
Parallèlement au travail sur toile, l'artiste réalise des gouaches sur papier de formats plus petits. Ces œuvres sur papier interagissent avec les toiles, elles se complètent et se nourrissent. On y retrouve une plus grande variation gestuelle et formelle. A l'inverse des toiles, les compositions sont condensées au centre de la feuille. Par analogie formelle, on peut y déceler parfois un humour et une ironie proches de certaines œuvres de Philip Guston.

« À l'instar d'une peinture murale, la matière peinte est croisée, les couleurs, couche après couche, s'enchevêtrent et se mélangent en même temps qu'elles sont repoussées sur les bords, dans un double mouvement. Comme un essuie-glace paradoxal qui recouvre autant qu'il découvre. À chaque passage d'une couleur, une attention particulière est également apportée à la respiration. Ces partis-pris sont avant tout intuitifs. Ils sont partie prenante de mon processus de travail et ouvrent à des champs d'exploration guidés essentiellement par la couleur et par la main."2

À l'occasion de l'exposition, publication d'un catalogue avec des textes de Pierre Escot et Éric Suchère, et un entretien entre Fabienne Gaston-Dreyfus et Emilie Ovaere Corthay (Editions Jean Fournier).

1 Eric Suchère, Si intensément vide, texte pour le catalogue de l'exposition, extrait, Paris, 2017
2 Extrait de l'entretien entre l'artiste et Emilie Ovaere-Corthay pour le catalogue de l'exposition, Paris, 2017

Vernissage de Fabienne Gaston-Dreyfus "Le paradis brûle"
Sans titre, 2016, huile sur toile, 160 x 270 cm, © Nicolas Pfeiffer
Location: Galerie Jean Fournier
22, rue du Bac
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 97 44 00
Fax : +33 (0)1 42 97 46 00
Mail : info@galerie-jeanfournier.com
Internet Site : www.galerie-jeanfournier.com
Date: Thursday, March 9, 2017
Time: 18:00-20:30 CET

id : 83413


Top