Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage d'Adel Riame "Tarakeft"


vernissage 1er juin 2017 de 18h à 19h30

« Tarakeft » signifie « caravanes » en touareg. Le voyage qui est proposé lors de l'exposition photo d'Adel Riame est celle que l'on devine à travers les regards, les expressions intimes des sujets. Bien sûr, d'abord un hommage aux générations des « anciens », des « chibanis », une génération d'immigrés d'après-guerre, majoritairement des anciennes colonies, qui a grandement contribué à l'effort de reconstruction de la France dans des conditions difficiles, encore aujourd'hui. Le voyage est celui, rencontré aussi, dans les regards de la jeunesse dans toute sa diversité et pluralité. Qu'ils soient en mobilité académique ou professionnelle, descendants d'immigrés, ou pas du tout, le sourire et regard des jeunes est un vecteur d'espoir que le photographe a voulu fixer et inscrire dans une continuité subjective. Dans cet esprit, une collaboration est née quand la photo rencontre les arts plastiques. Adel Riame invite Kees Van Dijk, un peintre plasticien originaire des Pays-Bas et vivant en France depuis le début des années 90. Il est le créateur du concept de la souris blanche « #paristesouris », en plâtre, et qu'il distribue gracieusement par milliers !Il présentera une oeuvre qu'il a nommé « Antidote ».

Son inspiration lui est venu de sa lecture attentive de l'oeuvre d'Albert Camus « La peste ». Il oppose les souris blanches, celle de l'espoir et de la fraternité, aux rats noirs du roman, qui symbolisaient pour lui la domination des idée fascistes en Europe. Une autre collaboration est née de la rencontre avec Ariane Pasco/Nice Art, qui a passé son adolescence à Oran et qui est une artiste multiple. Comédienne, elle est par ailleurs spécialisée dans le « pochoir », qu'elle maîtrise depuis de nombreuses années et qui lui vaut la reconnaissance du milieu du « street art ». L'idée qui est vite survenue au cours des échanges dans le cadre de la préparation de l'exposition était celle de réaliser des pochoirs à base de photos et de les imprimer sur une toile qui symbolise la tente, mais aussi « l'attente » afin d'incarner ces Tarakeft, faites de visages, de regards et de beaucoup d'ailleurs, qu'ils soient en nous où en dehors. Que nous allions à leur rencontre, ou que nous les attendions. Né en Algérie, Adel Riame, est citoyen du monde qu'il a parcouru depuis son enfance. A travers les visages, d'autres voyages sont devenus possibles. Angola, Bulgarie, Ouzbékistan, Pérou, Brésil, les premières années de sa vie ont dessiné en lui, à coups de langues et de cultures, une approche aussi bien singulière que plurielle de l'humain, qu'il tente, à sa mesure, de partager. Après une formation classique d'économiste et une césure professionnelle, ce sont ses études en philosophie politique qui ont été les plus inspirantes pour reprendre la photo avec une nouvelle approche. Basé à Paris, il poursuit conjointement ses activités académiques, professionnelles et artistiques. Il est notamment vice-président de l'association « Les berceaux de la Francophonie », fondée parla juriste Julie Dénes, et qui oeuvre pour accueillir et encourager les talents en mobilité au sein d'une francophonie inclusive, respectueuse et stimulante.

Cette exposition est réalisée avec le concours de l'association le Berceaux de la francophonie, deNEWVO Radio, du Scribe l'Harmattan, et l'Harmattan.

Vernissage d'Adel Riame "Tarakeft"
Location: Centre Culturel Algérien
171, rue de la Croix-Nivert
75015 Paris
M° Boucicault
France
Phone : +33 (0)1 45 54 95 31
Fax : +33 (0)1 44 26 30 90
Mail : contact@cca-paris.com
Internet Site : www.cca-paris.com
Date: Thursday, June 1, 2017
Time: 18:00-19:30 CEST

id : 85387


Top