Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de Bachelot Caron "Batailles et Mille Feuilles"


Céramiques - Photographies - Installations

Exposition
7 septembre > 28 octobre 2017
Mardi > samedi 14h > 19h et sur RDV

Des femmes en bas résilles, des rousses, et puis des types en cuir ou torses nus se battent avec des hommes en marcel et des hommes en chemise. Certains portent une cravate ou un foulard de casseur des villes. D'autres ont un casque de soldat ou une chapka. Ils manient, gauches, des épées, des sabres, des mitraillettes, du gaz lacrymogène. Ils brandissent des drapeaux au bout de pics ou bien s'écroulent à terre. Coincés là, ils essayent de sauver leur peau. Quelle est leur guerre ? Et ces chevaliers, et ces chevaux qui traversent au galop des zones mouvantes, s'épuisent-ils dans le vide, une mer, le brouillard ? Sont-ils en Russie, dans les campagnes françaises ? Peu importe. Ils sont partout, nulle part, projetés dans une nature devenue théâtre d'illusions.

Et tout bouge, s'agite dedans. Tout déborde, penche, flanche, s'évade, s'empile, couche sur couche, comme un mille-feuilles. Les montagnes sont gelées, les collines floues, les fougères menaçantes. Ça pleure, crie, meurt au pied de ciels rouges et d'une orgie d'œufs mimosa et de mayonnaise. Des tranches de lard, des rangées de côtelettes et des bancs de poissons s'invitent aussi dans le décor : le chant du ventre s'accroche au chant d'honneur.

Les Bachelot Caron inventent des batailles qui ressemblent à des pièces montées, à des farces rabelaisiennes.

Elles sont des dystopies (tragi-comiques), presque des pastiches qui ont la noblesse des grands genres. Elles se dressent, fières, sur des toiles photographiques immenses, avant de glisser dans la matière, le volume : la céramique.

Car de ces guerres hallucinées, jaillissent un tas de choses et d'êtres en grès, en porcelaine : une corne d'abondance, un trop-plein pour tromper l'œil, un festin de gloutons. On dirait qu'une armée de coraux, d'éponges, de vers marins est venue se ficher dessus comme une fragile, une vieille dentelle. Au menu donc, des gâteaux de roses, des fontaines givrées, des têtes de guerriers, des corps coupés en deux, des pieuvres qui mangent des homards, des saladiers plein, des crustacés. Les Bachelot Caron ont fouillé leurs légendes. En archéologues, ils ont plongé dans la terre et lui ont arraché un monde englouti : les restes d'un banquet ou d'une ripaille qui aurait mal tourné. On est chez Gargantua, Pier Paolo Pasolini, Ferreri, Salvador Dalí, on est chez les ogres, dans un opéra de sucre et de faux sang, à des bacchanales. On est dans un dispositif sans cadres ni limites où la peinture, la photographie, la sculpture, la mise en scène se nourrissent, s'avalent et se digèrent entre elles. Dans les œuvres des Bachelot Caron, oui tout déborde, s'emmêle, se déguise : le rire, la violence, les excès, la jouissance. La mort, la vie.

Julie Estève

Blanche, Batailles, 2017
tableau photographique, quadriptyque
©Bachelot & Caron

http://www.bachelotcaron.fr

Vernissage de Bachelot Caron "Batailles et Mille Feuilles"
Bas relief lion & crabe, 2017, sculpture céramique 65 x 8 x 40 cm
Copyright ©Olivier Castaing / School Gallery, All rights reserved
Location: School Gallery
322, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Strasbourg - Saint-Denis, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 71 78 20
Mobile : +33 (0)6 13 50 78 87
Mail : olivier.schoolgallery@gmail.com
Internet Site : www.schoolgallery.fr
Date: Thursday, September 7, 2017
Time: 18:00-21:00 CEST

id : 87330


Top