Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de l'exposition "Picasso 1932"


en présence de Emmanuel Macron, Brigitte Macron, Maya Widmaier-Picasso

Que font les Macron, dimanche après midi? Ils vont au musée. Dimanche en fin de journée, le couple s'est invité au musée Picasso, pour l'inauguration de l'exposition Picasso 1932, année érotique, qui retrace une année prolifique dans le parcours du peintre. Cette fois ci, le «bordel» est joyeux et léger, à cause ou grâce à Maya Widmaier-Picasso, fille de l'artiste, qui a accueilli le président d'un «bonjour jeune homme! je suis la pire de la famille!».
Plusieurs portraits de la mère de Maya, Marie-Thérèse Walter, sont exposés dans les salles - dont Le rêve, qui la présente perdue dans des pensées érotiques. Attentif, un brin sérieux en dépit des plaisanteries récurrentes de Maya, le président ira de salles en salles et de tableaux en tableaux, posant des questions de nature à ravir le directeur du musée, Laurent Le Bon. Le regard présidentiel est pointu, mais il glisse et c'est tant mieux, sur ce phallus géant sortant de la tête de Marie Thérèse.
Un Picasso bientôt à l'Élysée?

À l'étage, une classe d'un lycée de Montfermeil (93) l'attend, témoins vivants des bienfaits d'une éducation artistique dans les collèges: ces lycéens ont travaillé, l'an passé, sur un projet baptisé Yo Picasso et sont comme des poissons dans l'eau face aux œuvres du peintre.
À la fin de la visite - une heure et quart, tout de même -, Emmanuel Macron expliquera son lien à Picasso, qu'il découvrit au musée Puvis-de-Chavanne, à Amiens, à 13 ans, et qu'il n'a sans doute «pas encore tout à fait compris, tant l'artiste est presque inqualifiable».
Tandis que son mari disserte sur Picasso, Brigitte Macron met au point une visite des réserves du musée. La première dame a dans l'idée de faire entrer de l'art moderne, si ce n'est contemporain, à l'Élysée, palais à la décoration très classique. Un Picasso bientôt à l'Élysée? «Pourquoi pas, cela serait formidable» a simplement commenté le président, avant de rejoindre la troupe des descendants du peintre dans l'escalier d'honneur pour une photo.




Picasso 1932
année érotique

Du 10 octobre 2017 au 11 février 2018

Peut-on retracer une année de vie de Pablo Picasso ?

L'exposition « Picasso 1932 », organisée en partenariat avec la Tate Modern de Londres, en fait le pari, invitant le visiteur à suivre au quotidien, par un parcours rigoureusement chronologique, la production d'une année particulièrement riche. Elle questionnera la célèbre formule de l'artiste selon laquelle « l'œuvre que l'on fait est une façon de tenir son journal » qui sous-entend l'idée d'une coïncidence entre vie et création.

Le 15 juin 1932, Pablo Picasso fait la « une » : Tériade publie une interview de l'artiste dans l'Intransigeant alors que doit s'ouvrir la rétrospective de son œuvre à la galerie Georges Petit . Tandis que le critique l'introduit en annonçant, « On trouvera ici l'expression de quelques-unes de ses idées qui ne sont pas seulement d'un peintre mais d'un homme. », Picasso délivre une de ses affirmations les plus célèbres : « L'œuvre qu'on fait est une façon de tenir son journal. »

L'une et l'autre de ces phrases renvoie à la dimension humaine et biographique de l'œuvre de Picasso qui prend, en effet, au cours de cette année 1932, une importance de plus en plus prégnante. L'artiste, placé face à trente ans de son travail, intègre la nécessité de le documenter au jour le jour en datant ses tableaux, sculptures, dessins, gravures. Démarche qui rejoint sa capacité à conserver les traces, des plus essentielles aux plus modestes, d'une vie qu'il sait exceptionnelle.

Première manifestation dédiée à l'œuvre d'un artiste du 1er janvier au 31 décembre, l'exposition « Picasso 1932 » rend ainsi compte d'une année complète de la vie du peintre espagnol, à travers la présentation chronologique de ses œuvres et de ses archives. Organisée en partenariat avec la Tate de Londres, elle tente de saisir les mouvements de cette existence qui brasse, touche et attire les événements, grands et petits, les personnages majeurs et secondaires.

Présentant des chefs-d'œuvre essentiels dans la carrière de l'artiste comme Le Rêve, elle témoigne également de la plénitude que goûte le peintre, riche, honoré, reconnu, ainsi que de la puissance paradoxale de son œuvre qui joue avec son passé en inventant des formes nouvelles et « écrasantes ».

commissariat
Laurence Madeline, conservatrice en chef du patrimoine
Virginie Perdrisot, conservatrice chargée des sculptures au Musée national Picasso-Paris

Vernissage de l'exposition "Picasso 1932"
Location: Musée national Picasso-Paris
Musée Picasso - Hôtel Salé
5, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 42 71 25 21
Fax : +33 (0)1 48 04 75 46
Internet Site : www.museepicassoparis.fr
Date: Sunday, October 8, 2017
Time: 17:00 CEST

id : 88544


Top