Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de l'exposition "César"


en présence de Jacques Séguéla, Jack Lang, Pierre Cornette de Saint Cyr, Cyril Lignac

Vernissage de l'exposition "César"

13 décembre 2017 - 26 mars 2018
de 11h à 21h ou de 11h à 23h

Il y a vingt ans mourait César, l'un des plus illustres et des plus méconnus artistes de son temps. Illustre, il l'avait été à l'âge de 25 ans, lorsque, « monté » à Paris en 1944, il avait mis au point sa technique des « fers soudés ». Méconnu, il l'était : la faconde et la manière d'être affichées en public cachaient une difficulté à se satisfaire des seules œuvres qui avaient fait son succès.
Loin d'être l'homme des « Fers soudés », « Compressions », « Empreintes » et « Expansions », César était resté attaché à une idée de la sculpture peuplée d'un bestiaire et de figures humaines qu'il voulait à l'égal de celles des maîtres admirés. Moderne, César l'avait été à l'instar des Nouveaux Réalistes, rejoints en 1960. Inventif, guidé par la seule logique du matériau, attaché à incarner son temps, il rejouait son œuvre en gestes novateurs et décisifs qui firent sa notoriété. Métamorphosant le langage et la pratique de la sculpture, il revenait toujours aux techniques inventées lorsque, sans le sou, il soudait fragments et déchets de métal récupérés. Portées par la mythologie du récit de leur conception, Le Poisson, La Vénus de Villetaneuse, La Ginette en étaient les icônes. Elles incarnaient ce rapport intime à la création, une praxis qui ne déléguait rien à la machine et ne devait qu'au pouvoir de ses mains. Plus tard, Le Centaure, en hommage à Picasso, l'occupa avec passion. César avait aussi le goût du monument.
De cette opposition entre un faire artisanal et une pratique fondée sur le pouvoir de la machine et des techniques industrielles, César fit une dialectique, un va-et-vient, une méthode, ouvrant ce que son ami Raymond Hains appelait des « chantiers », y revenant sans cesse, s'inventant des outils, poussant plus loin sa curiosité. César, devant ses « Enveloppages » de feuilles de Plexiglas, ses « Championnes » faites de carcasses de voitures accidentées, devant sa « Suite milanaise » de voitures neuves compressées et laquées, se nourrissait de ses expériences, les rejouant en autant d'exercices, guidé par une réflexion sur le langage de la sculpture, à l'ère des temps modernes. À Cluny en 1996, il s'évertuait encore « à refaire des choses nouvelles ».

Né dans le Paris de Saint-Germain-des-Prés et de Montparnasse de l'après-guerre, son œuvre était une perpétuelle remise en question, dans une veine n'ignorant rien de celles de Picasso, Giacometti, Germaine Richier... Les moments décisifs - qui donnèrent à son travail une tournure inégalée et lui firent inventer parmi les grands paradigmes de la sculpture du 20e siècle - auront été rythmés d'œuvres pérennisant une idée du métier que César lui-même avait contribué à faire disparaître.
De cette complexité, reste une œuvre magnifique et inimitable, même si certains ont tôt fait de vouloir la comparer à d'autres, américaines pour la plupart... Le temps aura passé et avec lui, celui de juges qui se plaisaient à critiquer l'homme et refusaient de donner à César la place essentielle que cette rétrospective entend révéler.


Né à Marseille en 1921, César commence un apprentissage qui le conduit à Paris à l'École nationale supérieure des Beaux-arts. À Paris, il croise entre autres, Alberto Giacometti, Germaine Richier, Pablo Picasso et se mêle à la scène artistique d'alors, côtoyant les artistes de Saint-Germain-des-Prés et de Montparnasse. Très tôt, il se fait remarquer par une technique qui lui est propre et lui apporte la célébrité : ce sont les « Fers soudés », les figures humaines et autres « Vénus » ainsi que le bestiaire qu'il invente, peuplé d'insectes et d'animaux de toutes sortes qui l'amènent à sa première exposition personnelle, galerie Lucien Durand en 1954.
Bientôt célèbre, son œuvre est exposée de Londres à New York.


Commissaire : Mnam/Cci, Bernard Blistène

#ExpoCésar

Vernissage de l'exposition "César"
César, « Blu Francia 490 », 1998 Collection particulière

Vernissage de l'exposition "César"
Cagettes, 1976

Vernissage de l'exposition "César"
César, Expansion n°14, 1970
Centre Pompidou Collection, Paris Musée national d'art moderne © SBJ / Adagp, Paris 2017 Photo © Centre Pompidou, MNAM-CCI Philippe Migeat / Dist. RMN-GP

Vernissage de l'exposition "César"
Portrait, 1960 © Giancarlo Botti

Vernissage de l'exposition "César"
Atelier de la rue Lhomond, 1967 © Michel Delluc

Vernissage de l'exposition "César"
Le sein à la fonderie Schneider de Montchanin, 1967 © Georges Kelaidites

Vernissage de l'exposition "César"
Esturgeon, 1954

Vernissage de l'exposition "César"
Ginette, 1958

Vernissage de l'exposition "César"
Compression Yellow Buick, 1961

Vernissage de l'exposition "César"
Compression Ricard, 1962

Vernissage de l'exposition "César"
Pouce, 1965

Vernissage de l'exposition "César"
Expansion Bouilloire, 1967

Vernissage de l'exposition "César"
Expansion n°1, 1969

Vernissage de l'exposition "César"
Le Centaure, 1983

Vernissage de l'exposition "César"
Fanny Fanny, 1990

Vernissage de l'exposition "César"
Dauphine 1959, 1970

Vernissage de l'exposition "César"
Le Pouce de César trône devant le Centre Pompidou
Location: Centre Pompidou
Musée National d'Art Moderne - Beaubourg
Place Georges Pompidou
19, rue Beaubourg
75191 Paris Cedex 04
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 78 12 33
Fax : +33 (0)1 44 78 13 03
Internet Site : www.centrepompidou.fr
Date: Monday, December 11, 2017
Time: 19:00-21:00 CET

id : 90192


Top