Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de l'exposition "Reading de Chirico"


30 janvier - 31 mars 2018

Peindre est un art magique, c'est le feu allumé par les derniers rayons du soleil dans les fenêtres d'une riche demeure tout comme dans celles d'une humble masure, c'est la longue marque, la marque humide, la marque fluide et immobile gravée sur le sable chaud par une vague mourante ...
Giorgio de Chirico, 'Peindre', 1938

Tornabuoni Art Paris a le plaisir de vous convier à l'inauguration de sa nouvelle exposition le samedi 27 janvier 2018, 15h - 21h.

À la suite du succès de Reading de Chirico chez Tornabuoni Art à Londres - la première exposition à présenter les peintures de l'artiste accompagnées de ses écrits - Tornabuoni Art amène cette exposition inédite à Paris pour la durée d'un mois.

Les peintures de Giorgio de Chirico (1888-1978) sont parmi les plus iconiques de l'art italien du xxe siècle. Il fut l'un des précurseurs du mouvement surréaliste et de l'École métaphysique. Cependant, peu connaissent l'héritage littéraire prolifique de l'artiste.

Cette exposition - 9 ans après la dernière rétrospective de l'artiste en France au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris - est une invitation inédite à explorer d'une manière originale le monde de Giorgio de Chirico ; à travers plus de 25 œuvres couvrant toute sa carrière, accompagnées de manuscrits originaux qui offriront un aperçu unique du monde pictural de Giorgio de Chirico.

L'exposition présente des textes critiques, poèmes, prose et lettres d'amour, offrant aux visiteurs une nouvelle clé de lecture du travail de Giorgio de Chirico, à travers ses propres paroles.

Le parcours artistique atypique de l'artiste est également mis en lumière. Au long de sa carrière, de Chirico commença par sa période métaphysique, la plus radicale et admirée, et évolua vers un style de peinture de plus en plus "baroque".

Dans la continuité de l'exposition londonienne, curatée par Katherine Robinson, membre du comité scientifique de la fondation Giorgio et Isa de Chirico à Rome, l'événement parisien présentera les différents thèmes explorés par l'artiste au long de sa carrière : Places d'Italie, Chevaux et Centaures, Portraits, Natures Mortes, Mythologies et Mannequins.

L'exposition comprend des œuvres majeures de l'artiste comme La grande tour de 1915 et Nudo de 1930, qui a récemment été identifié comme un portrait de l'amante de de Chirico, Cornelia. Ces œuvres phares seront exposées aux côtés de textes écrits par la main de l'artiste, notamment Hebdomeros, une nouvelle écrite par de Chirico en 1929 qui révèle beaucoup de son univers créatif.

Reading de Chirico est accompagnée d'un catalogue, publié par Forma Edizioni (Florence), sous la direction de Katherine Robinson, avec des textes de Dr. Gavin Parkinson, maître de conférence au Courtauld Institute of Art à Londres et expert du surréalisme. La publication inclut entre autre une sélection d'écrits de l'artiste (1919-1945).


À PROPOS DE L'ARTISTE

Giorgio de Chirico naît en 1888 à Volos en Grèce, de parents italiens. Dès sa plus tendre enfance, il montre des dons innés pour le dessin. Après ses études à l'Ecole polytechnique d'Athènes, il étudie à l'Académie des Beaux-Arts de Munich de 1906 à 1909 où il découvre des philosophes tels que Nietzsche et Schopenhauer. Il peint son premier travail métaphysique, L'Énigme d'un après-midi d'automne à Florence en 1910.

Il expose pour la première fois à Paris en 1912 et rencontre Paul Guillaume, son premier marchand. Dès 1913, fasciné et surpris par son univers, Guillaume Apollinaire introduit l'artiste dans son cercle d'amis et lui présente Pablo Picasso, André Derain, Max Jacob, Georges Braque, Francis Picabia et André Breton.

À Ferrare, pendant la Première Guerre mondiale, il développe le thème des Intérieurs Métaphysiques et rencontre les artistes Carlo Carrà et Filippo de Pisis.
Sa première exposition personnelle est organisée en 1919. Les artistes surréalistes sont très sensibles à sa « peinture métaphysique » qui préfigure celle de leur mouvement. Une peinture qui va au-delà des choses physiques, au-delà de ce que l'on voit, de ce qui est tangible, de ce qui tombe sous nos sens ; de Chirico crée une œuvre où règne un climat de mystère nostalgique. De Chirico se joue des apparences pour nous transporter dans un monde où règnent l'imaginaire et l'onirisme. Il place l'énigme au centre de ses œuvres tout au long de sa carrière.

À partir des années 1920, l'artiste utilise une facture plus classique et des techniques reprises des maîtres anciens. Il écrit de nombreux articles pour des publications artistiques comme Valori Plastici. De Chirico s'attire les critiques des avant-gardes en adoptant un style et une technique plus traditionnels, peignant des sujets et paysages mythologiques. Il retourne vivre à Paris en 1925, où il développe d'autres thèmes comme les Archéologues et les Gladiateurs. Son changement de style et ses œuvres tardives lui vaudront d'être totalement renié par les surréalistes.

Dans les années 1930, il rencontre Isabella Pakswer (ensuite Isabella Far) qui deviendra sa seconde épouse et restera près de lui jusqu'à sa mort. De Chirico intensifie sa recherche sur les maîtres anciens et s'intéresse à la scénographie, collaborant avec le Teatro Comunale de Florence, l'Opera de Rome et le Teatro della Scala de Milan.
Dans les années 1950 et 1960 il peint, en constante opposition avec les tendances de l'art contemporain, des natures mortes, paysages, portraits et intérieurs. Le peintre se dédie à la lithographie d'œuvres importantes comme I promessi sposi, l'Illiade et son roman Hebdomeros (d'abord publié en français en 1929).

Les dernières années de sa vie, de Chirico initie une nouvelle période de recherche connue comme Néométaphysique, pendant laquelle il peint des œuvres sur la méditation et où il retravaille des sujets de son œuvre comme le Manequin, le Troubadour, les Archéologues ou les Bains mystérieux.

Giorgio De Chirico décède à Rome en 1978.

Vernissage de l'exposition "Reading de Chirico"
Piazza d'Italia on piedistallo vuoto, 1955
Huile sur toile, 55 x 35.5 cm.
Courtesy Tornabuoni Art
Location: Galerie Tornabuoni Art
9, rue Charlot
Passage de Retz
75003 Paris
M° Rambuteau, Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 53 53 51 51
Fax : +33 (0)1 53 53 51 50
Mail : info@tornabuoniart.fr
Internet Site : www.tornabuoniart.fr
Date: Saturday, January 27, 2018
Time: 15:00-21:00 CET

id : 90822


Top