Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de Ferdinand Boutard "Catfights"


Ferdinand Boutard expose sa nouvelle série Catfights à l'Atelier Hauteville, le vernissage aura lieu le jeudi 10 mai 2018 à partir de 17h. Il pose ses toiles pour 96 heures d'expo, jusqu'au dimanche 13 mai.

Les femmes s'appellent toujours ma chérie avant de se crêper le chignon.
L'Importance d'être Constant d'Oscar Wilde.

L'univers pictural de Ferdinand Boutard est un grand théâtre où se fixe un enchaînement de fantasmes et d'obsessions toujours teinté d'humour. Sa peinture, technique et maîtrisée, toute en détails, marque aussi par une douce violence.

Dans sa nouvelle série, Catfights, Ferdinand met en scène des femmes. Elles se battent, se mordent et se crêpent le chignon jusqu'à l'épuisement.

Sous un foisonnement de frous-frous et de jupons, il nous montre une part de la féminité inavouable. Celle dans laquelle se cachent la jalousie, la rivalité et la colère. Il révèle ce qui est dissimulé derrière le rideau et met à nu toute l'ironie et le pathétique de la scène.


Conversation avec Ferdinand Boutard

Atelier Hauteville : Quelle histoire racontes-tu au fil de tes différentes séries ? Y-a-t-il un fil conducteur ?

Je ne sais pas si mes séries racontent une même histoire mais il y a bien un fil conducteur. Une façon de parler du laid de la plus belle manière possible. Je veux capter l'attention longtemps avec une petite histoire, l'humour et une facture picturale séduisante. Ensuite, j'aime jouer avec des contraires et des ambiguïtés de lecture. C'est ce fil que j'essaye de garder à l'esprit d'une série à l'autre.

AH : Comment as-tu abordé cette nouvelle série Catfights, juste après The Little Red Riding Hood (Le petit chaperon rouge)?

FB : Un peu de la même manière que j'ai attaqué The Little Red Riding Hood qui avait été inspirée par la série précédente The Way Back. C'est d'être confronté à la série en cours de réalisation qui fait germer des idées pour le projet suivant. A terme, il y a l'envie d'aller plus loin, de raconter des choses laissées de côté et me poser de nouveaux défis techniques.

AH : Est-ce le défi technique qui guide ton parcours de peintre ?

FB : Il fait partie du projet. Pour moi, il n'y a pas d'art sans technique, sans savoir faire. C'est aussi simple que ça.

AH : Ton style est très cinématographique, la photographie joue un rôle important dans ton processus de création ?

FB : Je ne suis pas particulièrement cinéphile mais en revanche, il faudrait avoir vécu sous un caillou pour ne pas avoir été nourri de cinéma et de photo. Ce sont donc nécessairement des influences, oui.

AH : Quelles sont tes influences ?

FB : Elles sont terriblement nombreuses et en les citant, j'en oublierai forcément mais pour parler uniquement de peinture, il y a d'abord Vermeer, Velasquez et Caravaggio, les maîtres classiques de l'ombre et de la lumière. Waterhouse, Alma Tadema et Constant parmi les Préraphaélites et orientalistes. Parmi les contemporains, Hale, Williams et Wood pour leurs graphismes et Rockwell ne serait-ce que pour son humour.

AH : Les femmes sont toujours dans une situation particulière dans ta peinture, que peux-tu nous en dire ?

FB : Principalement, ça me fait rire (moins le Petit chaperon rouge, c'est vrai mais de ce point de vue, il faut probablement prendre cette série comme une parenthèse dans mon travail). Ajouté à cela, le fait que je fais poser des amis et que j'aime bien mettre mes amis dans la m... Sinon, c'était certainement personnel mais The Way Back et Catfights ne me faisaient pas autant marrer avec des hommes.

www.ferdiferdi.com

Vernissage de Ferdinand Boutard "Catfights"
Location: Atelier Hauteville
74, rue d'Hauteville
75010 Paris
M° Poissonnière
France
Mobile : +33 (0)6 03 35 09 96
Internet Site : www.atelierhauteville.com
Date: Thursday, May 10, 2018
Time: 17:00-21:00 CEST

id : 94000


Top