Agence Germain Pire

Home

Bottom

Day



Vernissage de Pia Rondé & Fabien Saleil "Œil Sauvage"


Galerie Valeria Cetraro
chez Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico
13, rue des Arquebusiers 75003 Paris

Du 13 octobre au 17 novembre 2018
Vernissage samedi 13 octobre 2018

« Le soleil ni la mort ne se peuvent regarder fixement » (1)

Un regard brûlé. Brûlé par le soleil et la mort. C'est ce qui vient à l'esprit en découvrant les nouvelles œuvres de Pia Rondé & Fabien Saleil, réalisées à l'occasion de leur exposition « Œil Sauvage ». Arpenteurs de territoires, de la France à la Grèce, ils trouvent sur leur chemin forêts calcinées, cadavres d'animaux momifiés, minéralité noircie. Ces images sont fixées, littéralement, par le biais de la photographie, avant de devenir le cœur de leurs installations complexes - mêlant image, dessin, sculpture. Les artistes, par leurs recherches et leurs expérimentations, tentent de faire fi de la maxime de La Rochefoucauld. Le soleil comme la mort ne peuvent être appréhendés a priori que de manière indirecte mais Pia Rondé & Fabien Saleil figent, entre deux plaques de verres, ces irréconciliables. Ils permettent ainsi une expérience entière, non pas seulement de l'ordre de la vision mais aussi de l'ordre de la sensation.

Cette sensation, presque charnelle, s'exprime par le biais de leurs sculptures de verre soufflé, évoquant des panaches de fumée figés en un mouvement éternel malgré toute leur fragilité. Comme jaillies des images qui les accueillent, ces formes sont autant de chimères à la fois animales et minérales, où l'on reconnaît ici une tête d'oiseau, là un corps de serpent, formant une étrange créature dont nulle mythologie ne fait mention. L'exposition « Œil Sauvage » évoque ainsi une cérémonie païenne, dont les ossements animaux enchâssés dans le verre seraient les reliques désacralisées ou les fantômes hybrides.

Œuvre centrale, une sculpture en pâte de verre relève à la fois de l'organe et du totem. Sur les murs, les artistes explorent des formats plus réduits, à l'intérieur desquels s'opère une complexification de l'image ou du dessin. Métal, argenture et photographie se mêlent sur un principe de stratification, avec un travail de composition maîtrisé. Le zinc travaillé à l'eau-forte forme un arrière-fond, tandis que l'argenture évoque un miroir en ligne et en plan. Les photographies quant à elles apportent des traces organiques - telles ces dépouilles d'animaux croisées par les artistes lors de leurs pérégrinations - mais aussi minérales - incluant concrétions rocheuses, grottes ou paysages écrasés de soleil. Dans la série des « Paysages Tranchants », le reflet engloutit l'image : l'impression photographique superposée au miroir devient nébuleuse et disparaît. Il y a ainsi frottement entre des images photographiques qui nous échappent, et des dessins et sculptures à la ligne parfaitement tenue.

Avec la série « Rouge Diaphane », les artistes laissent pour la première fois exploser la couleur, pigment pur et rougeoyant teinté dans la masse de panneaux en verre dont surgissent des créatures en pâte de verre, matière voisine mais plus dense, plus trouble. Ce surgissement de la couleur est une étape importante dans la recherche de Pia Rondé & Fabien Saleil, laissant pressentir de prometteurs futurs développements. Ces aplats se superposent à des images, les déformant et créant un aspect vibrant, comme si elles étaient brouillées par l'eau ou la chaleur. Cette vibration se retrouve en parallèle dans la série «Plasma », à l'intérieur de laquelle des formes de vie apparaissent, telles des bactéries fossilisées ou une amibe vue au microscope.

Sang et lave, plasma humain et croûte terrestre, forces telluriques et fragilité de l'âme... Ce sont ces dichotomies que Pia Rondé & Fabien Saleil explorent ici. Par un subtil jeu de reflets, les œuvres de l'exposition communiquent entre elles, formant un tout que seul un « œil sauvage » peut appréhender dans son ensemble et sa complexité. Ainsi que l'expriment les artistes, il s'agit de « voir à travers, voir au-dedans, dans ce qui n'est pas advenu ou dans ce qui est à venir »...

Daria de Beauvais, septembre 2018

(1) François de la Rochefoucauld, Maximes et Réflexions morales, 1664

Vernissage de Pia Rondé & Fabien Saleil "Œil Sauvage"
Location: Galerie Thomas Bernard-Cortex Athletico
13, rue des Arquebusiers
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 75 50 42 65
Mail : info@cortexathletico.com
Internet Site : www.galeriethomasbernard.com
Date: Saturday, October 13, 2018
Time: 18:00-21:00 CEST

id : 98003


Top